By jeanmarcmorandini.com
Santé

La France peut autoriser l'interruption des traitements qui maintiennent artificiellement en vie Vincent Lambert


0

La France peut autoriser l'interruption des traitements qui maintiennent artificiellement en vie Vincent Lambert, un patient tétraplégique en état végétatif depuis sept ans, a tranché vendredi à Strasbourg la Cour européenne des droits de l'homme.

La juridiction du Conseil de l'Europe a validé l'arrêt du Conseil d'Etat français autorisant l'arrêt des soins dont bénéficie l'ancien infirmier psychiatrique de 38 ans depuis un accident survenu en septembre 2008.

Elle a débouté ses parents, l'une de ses s÷urs et un demi-frère qui dénonçaient, dans cette mort programmée, une violation du "droit à la vie" et un "traitement inhumain et dégradant".

L'épouse de Vincent Lambert, cinq de ses frères et s÷urs, ainsi qu'un neveu demandaient en revanche que le patient puisse mourir "dignement", conformément à l'avis de ses médecins et à ce qu'il aurait, selon eux, souhaité. L'arrêt, rendu par la grande chambre de la Cour, est définitif. "Cette décision constitue une grande déception pour nous, avocats, et pour la famille", a déclaré Me Jean Paillot, l'un des défenseurs des parents, qui comptent d'autant moins en rester là que l'état de santé de leur fils s'améliore selon eux.

Ils estiment en effet que la décision prise en janvier 2014 d'arrêter les soins prodigués à Vincent Lambert avait été prise par une équipe médicale du CHU de Reims qui n'est plus en place aujourd'hui et qu'une nouvelle décision est donc nécessaire "Nous ne laisserons pas assassiner Vincent Lambert.

Le combat ne fait que commencer", a dit Jérôme Triomphe, un autre avocat des parents qui réclament le transfert du patient dans un hôpital où il pourra obtenir une rééducation.

François Lambert, son neveu, a toutefois estimé que la décision d'arrêter l'alimentation de Vincent Lambert avait été prise par le CHU de Reims en tant qu'institution. "Le CHU est obligé de l'appliquer", a-t-il dit.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page