By jeanmarcmorandini.com
Santé

Patients français ayant perdu l'usage d'un oeil: Le laboratoire allemand se défend!


0

Comme vous l'a rapporté ce lundi morandinisante.com , deux patients français ont perdu l'usage d'un oeil après une chirurgie utilisant Mais cette dernière s'est défendue, estimant prématuré de rendre responsable de ce drame son médicament aujourd'hui retiré du marché.

"Au vu des informations disponibles, il n'a pas été possible de clarifier les causes" possibles des "effets constatés" dans les cas connus, a expliqué dans un communiqué Christian Lingenfelder, directeur général du groupe allemand.

"Directement après l'apparition des cas en Espagne, une multitude d'analyses ont été effectuées par des laboratoires indépendants", explique-t-il, "les résultats des laboratoires sur les lots incriminés en Espagne n'ont montré aucun signe d'impuretés ou autre signe particulier".

Mais le fabricant suggère également d'autres responsabilités, rappelant l'importance d'une "utilisation correcte" de son produit.

"Il est largement connu que les liquides lourds, dès lors qu'ils sont employés, doivent être complètement retirés de l'oeil au cours même de l'intervention chirurgicale", précise Christian Lingenfelder, qui explique connaître "au moins un cas" en Espagne dans lequel "le produit a été laissé dans l'oeil pendant une semaine au lieu d'être immédiatement retiré après l'opération".

"La recherche des causes (des cas de cécité partielle) continue", précise-t-il, ajoutant qu'"il manque encore une grande quantité d'informations pour porter un jugement sur les cas particuliers", notamment sur les conditions dans lesquelles étaient les "patients après l'opération".

Si l'entreprise allemande a cessé de vendre le produit dans l'attente du résultat des analyses, elle n'a pas indiqué quels stocks sont au total en circulation ni dans quels pays.

Si en France, deux patients français ont perdu l'usage d'un oeil après une intervention chirurgicale pendant laquelle le produit a été utilisé, selon l'agence française du médicament (ANSM), celle-ci n'a pas directement mis en cause le médicament.

"A ce stade, il n'existe pas d'éléments accusant directement le produit", a cependant précisé Dr Brigitte Heuls, responsable des dispositifs médicaux de l'ANSM.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page