By jeanmarcmorandini.com
Santé

NEWS : Les ophtalmologues se veulent "rassurants" sur le produit ophtalmique qui a fait perdre la vue à plusieurs patients.


0

Le produit mis en cause s'appelle Ala Octa .

Il est fabriqué par le laboratoire allemand, Alamedics.

Il est utilisé lors des chirurgies de la rétine, notamment pour aider à recoller la rétine dans les cas grave de décollement.

Un Français et 13 espagnols auraient perdu la vue d'un œil à la suite de ce type d'opération.

A l'intérieur de ce médicament, qui est une solution aqueuse, on trouve des substances comme du Perfluorocarbone, qui est une molécule qui serait toxique si on la laisse trop longtemps en contact avec la rétine.

C'est donc un produit, qu'il faut retirer rapidement à la fin de l'opération.

C'est le protocole de base.

Les premiers cas inquiétants ont été signalés au début du mois de juillet, en Espagne, et dans la foulée, le Laboratoire a demandé à ses distributeurs de suspendre les ventes jusqu’à ce que les circonstances soient clarifiées.

Hier c’est la France qui annonçait avoir le cas d’un patient qui lui aussi avait perdu la vue d'un œil suite à cette opération.

Mais il n’y a pas de quoi paniquer rassurent les spécialistes.

Invités dans le Grand Direct de la Santé sur Europe1 le Dr Catherine Albou Ganem, ophtalmologue et le Dr Pierre-Olivier Barale, spécialiste de la rétine expliquent que ce produit est " très peu utilisé car le décollement de la rétine pour lequel l’Ala Octa est utilisé est rare".

" Il représente 1 cas sur 10 000 patients et tout le monde ne bénéficie pas de cette opération lourde qui nécessite ce produit ".

Le Dr Albou Ganem précise également que " ce produit est utilisé chez des patients qui ont des cas de décollement de rétine très sévère qui ne voient déjà presque plus".

Cependant elle précise que des études sont actuellement en cours afin de savoir ce qu’il s’est réellement passé avec ce lot.

En ce qui concerne le laboratoire Allemand qui commercialise l’Ala Octa, il se défend dans un communiqué en estimant « prématuré de rendre responsable de ce drame son médicament ».

En France, les produits présents sur le marché ont été rappelés, à titre de précaution dès le 15 juillet 2015 et la distribution a été arrêtée à cette date précise l’ L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page