By jeanmarcmorandini.com
Santé

Ancien gros fumeur, l’ex-footballeur star néerlandais Johan Cruyff est atteint d’une tumeur aux poumons


0

L’icône du football néerlandais, Johan Cruyff, 68 ans, est atteint d’un cancer au poumon . Celui que l’on surnommait le «Hollandais volant» était, rapportent les médias de son pays, un gros fumeur. 

L'ancien joueur, âgé de 68 ans, considéré comme l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire, était un fumeur invétéré, rappellent les médias néerlandais. «On raconte qu'il pouvait fumer jusqu'à quatre paquets par jour», écrit le quotidien De Volkskrant.

Après une opération du cœur, il a toutefois arrêté la cigarette à 44 ans et a participé à une célèbre campagne publicitaire antitabac rapporte le Matin.ch.    «Le football m'a tout donné, le tabac a failli tout me reprendre», affirmait-il devant la caméra.

Pour  Nicolas Mach, médecin adjoint au service d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le cancer du poumon  « est le tueur numéro un.»

 

Même si on cesse de fumer, «le risque de développer le cancer du poumon persiste pendant des dizaines d’années, précise l’oncologue. On estime qu’il diminue de moitié après dix ans.» Cela ne signifie pas que l’on est à l’abri, comme en témoigne le cas de l’ancien capitaine de l’équipe néerlandaise de foot, Johan Cruyff: avoir arrêté de fumer en 1991 n’a pas empêché l’apparition d’une tumeur au poumon.

Les différents cancers du poumon se déclenchent dans les cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires ou les bronches. Lorsque ces cellules «sont exposées de manière répétée à des produits toxiques, elles sont la cible d’altérations génétiques qui provoquent des dérèglements conduisant au développement de tumeurs», explique Nicolas Mach.

Lorsque la tumeur est localisée, on a le plus souvent recours à la chirurgie: «le progrès majeur est la thoracoscopie, qui ne nécessite que trois petites incisions dans la paroi thoracique et est donc beaucoup moins invasive que la chirurgie ouverte», précise l’oncologue. En revanche, «lorsque la tumeur se présente avec des métastases ou atteint la plèvre (membrane qui recouvre les poumons et tapisse les parois du thorax, ndlr), une intervention chirurgicale n’améliore pas le contrôle de la maladie». Les patients sont alors traités à l’aide de la chimiothérapie, éventuellement complétée par une radiothérapie pour diminuer les douleurs. Dans ce cas, «la survie moyenne est d’environ quatorze mois», constate le spécialiste.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page