By jeanmarcmorandini.com
Sexe

Une étude américaine indique que le réchauffement climatique pourrait menacer notre libido


0

Lorsque que l'on évoque le réchauffement climatique, cela nous fait penser à la montée du niveau de la mer, la fonte des glaces, la destruction des espèces animales. Pourtant, il semblerait que notre libido pourrait également être impactée par l’augmentation de la température sur la Terre selon une étude américaine.

Nos rapports sexuels serait influencée par le réchauffement de la planète ? L’étude a été menée par des scientifiques de l’Université Tulane (Nouvelle-Orléans), de l’Université de Floride centrale et de l’Université de Californie (Santa Barbara). Les résultats des recherches figurent dans un rapport du Bureau de recherche national relayé par le quotidien britannique The Independent.

Après une journée particulièrement chaude, plus de 26 degrés, le taux de natalité a tendance à diminuer de 0,7% par rapport à une journée plus fraiche. Un pourcentage qui représente jusqu'à 1000 bébés de moins par journée de grande chaleur. « Nous avons découvert que les fortes chaleurs provoquaient une baisse importante du nombre de naissances, expliquent les chercheurs. Que la hausse des températures avait un impact important sur la fréquence des rapports sexuels et qu’elles pouvaient aussi affecter les niveaux d’hormones, et donc les pulsions sexuelles. En outre, cela pourrait également nuire à la santé reproductive, à la qualité du sperme chez l’homme, ou celle de l’ovulation chez la femme ». Curieusement, la climatisation serait envisagée comme une solution pour « aider les humains à se reproduire ». L’étude indique que les résultats soient encore plus alarmant dans les pays en développement. « Le déclin des naissances est un problème très grave, notamment dans les pays où les taux de natalité sont en-dessous du seuil de remplacement (>2 enfants/femme). En commençant par les organismes sociaux, comme la sécurité sociale, qui seront soumis à une forte pression, avec à la clé des inégalités encore plus grandes au sein de la population » concluent les chercheurs américains.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page