By jeanmarcmorandini.com
Santé

Ménopause: Améliorer son alimentation permet de surveiller la prise de poids et bouger préservera votre vitalité


0

Vos 50 ans arrivent à grands pas, et vous avez peur de prendre du poids à la ménopause car le métabolisme qui ralentit associé à la carence en oestrogènes favorisent l'accumulation de graisse.

Plus de la moitié des femmes prennent en moyenne de 3 à 5 kilos à la ménopause.Améliorer son alimentation permet de surveiller la prise de poids et bouger préservera votre vitalité.  Dès 30 ans, on perd 0,5% de sa masse musculaire par an, on passe à 1% entre 40 et 50 ans. On perd donc en tonicité en plus de moins dépenser au repos. On prend du poids plus facilement et on le perd plus difficilement, mais rien n’est pas inévitable.

Des chercheurs américains de l’University of Pittsburgh Department of Health and Physical Activity ont suivi 508 femmes post-ménopausées pendant quatre ans. Ils ont examiné leur perte de poids à court terme (6 mois) et plus long terme (quatre ans) pour identifier les habitudes alimentaires. Les participantes qui ont maigri en six mois ont pris l’habitude de manger moins de desserts et ont également diminué les aliments frits, les boissons sucrées et ont favorisé une alimentation à base de poissons et légumes. Des apports estimés entre 1 500 et 2 000 doivent se répartir harmonieusement entre les différents nutriments :Des glucides pour 50 à 55 % de l'apport énergétique total, des lipides en quantités modérées (30 à 35 %)  et des protéines (12 à 17 %).

A noter que l a graisse se dépose en période de ménopause sur le ventre ce qui engendre  la montée du mauvais cholestérol, de la pression artérielle et du taux de glucose dans le sang. Elle augmente donc le risque cardio-vasculaire.   Elle est en revanche très sensible à l’activité physique   qui, quand elle est suffisante et régulière, la fait fondre.  Si vous n'aimez pas le sport, vous pouvez marcher tous les jours environ une heure,   d’un pas vif ou au moins 10 000 pas par jour. 

Enfin comme le relatait Morandinisanté , une alimentation riche en glucides raffinés avec un index glycémique élevé, augmente le risque de dépression chez la femme ménopausée. D'après leurs études, les femmes ménopausées qui mangent fréquemment des aliments riches en sucres raffinés comme les céréales raffinés, le pain blanc, les sodas, le riz blanc ou les pâtes présentent un risque accru de développer une dépression.  À contrario, celles qui privilégient une alimentation saine et équilibrée en consommant les aliments riches en fibres, des céréales complètes et des légumes ont un risque beaucoup plus faible que les autres.

Cette découverte pourrait permettre de prévenir les épisodes dépressifs chez la femme ménopausée en prescrivant des régimes adaptés ou grâce à des traitements diététiques.


La DHEA pourrait réduire les symptômes de la... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page