By jeanmarcmorandini.com
Sexe

Tim Lee soigne les personnes qui souffrent de dépendance sexuelle ou de masturbation compulsive !


0

Dans un entretien accordé à  Vice , Tim Lee qui soigne les personnes qui souffrent de dépendance sexuelle se confie sur son métier. Il exerce dans la clinique de Lee, « New York Pathways », qui propose un service de soins ambulatoires où les gens viennent se faire traiter pour masturbation compulsive, dépendance sexuelle , monogamie à la chaîne et recours à des escorts, entre autres.

D'après Tim Lee, "l'addiction au sexe est un terme utilisé pour définir un certain type de traitement mais médicalement parlant, cela ne veut rien dire. Le terme « addict » est un stéréotype. Il explique que le service de soins s'occupe d'une centaine de personnes par semaine environ. Certains patients sont classés comme "agresseurs sexuels", d'autres sont traumatisés sexuellement et reproduisent les comportements auxquels ils ont été habitués par exemple. 

"J'ai travaillé avec un gars qui prenait des photos des personnes qui lui faisaient des fellations avant de les mettre en ligne. Je lui ai demandé s'il avait été victime d'abus. Il m'a répondu que non", raconte le psychologue. "Je lui ai demandé de me parler de la première fois qu'il s'est masturbé. Il y a réfléchi une seconde et a dit: 'Oh, je me souviens. Mon père m'a donné une photo de ma mère en train de lui faire une fellation et m'a dit d'aller me masturber'".

Lorsqu'un patient décide d'entamer une thérapie sexuelle, il a le choix entre plusieurs options. La ligne de conduite à adopter est plus floue que chez les alcooliques anonymes par exemple, où toute consommation d'alcool est proscrite. " Pour les AA, il est facile de définir l'abstinence – tu ne bois pas. Pareil avec les NA – tu ne consommes pas. Dans le cas d'une thérapie sexuelle, il y a cinq programmes différents selon la définition que l'on a de la sobriété. Chez les SA (Sexaholic Anonymous), les plus rigides, la sobriété implique de ne pas se masturber, de ne pas avoir de relations sexuelles en dehors du mariage – et le mariage doit uniquement se faire entre un homme et une femme. C'est intense et utile pour les juifs hassidiques par exemple, ou les catholiques.  Le SRA (Sexual Recovery Anonymous) s'est détaché du SA. Leur ligne de fond se résume à ça : pas de masturbation, pas de sexe en dehors d'une relation sérieuse. Ensuite, il y a des programmes comme le SAA (Sex Addicts Anonymous) et le SLAA (Sex and Love Addicts Anonymous) où le patient décide lui-même des comportements qu'il souhaite éviter, avec l'aide d'un parrain. Mais pour répondre à ta question, beaucoup d'entre eux concernent des comportements précis comme la masturbation, le recours à la pornographie, les coups d'un soir, le sexe tarifé, les salons de massage, le recours aux applications."

Enfin le thérapeute explique qu'il est lui aussi passé par l'addiction et la thérapie. "Je couchais avec des gens et je ne voulais pas m'engager dans une relation sérieuse avec eux. Ils étaient mariés, ou bien ce n'était tout simplement pas le genre de personnes avec qui j'avais envie que mes amis me voient traîner. J'ai apprécié le SRA parce que le fait de ne pas avoir de relations sexuelles en dehors d'une vraie relation m'a permis de me détacher de ces activités douteuses. Et ils sont vraiment allés loin en matière d'assistance dans le cadre des 90 jours requis sans sexe, sans masturbation, sans rien. J'ai tenu un an. J'ai pu régler beaucoup de choses liées à mon passé, à mon père et à ma mère, les conséquences d'un ancien traumatisme, la douleur et la perte. J'en suis à ma troisième carrière professionnelle. J'ai ruiné les deux autres en faisant l'idiot."

 

 

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page