By jeanmarcmorandini.com
Santé

"Médicaments dangereux": Colère des industriels contre 60 Millions de consommateurs


0

 « 60 Millions de consommateurs » a passé en revue 61 médicaments à prescription médicale facultative, parmi les plus vendus. L’Afipa s’interroge sur les motivations de l'enquête et sur la méthodologie utilisée par l'association 60 millions de consommateurs, et souhaite mettre en garde sur les conclusions hâtives et peu objectives, qui représentent un risque pour la santé publique.

L’enquête pour le magazine a été  menée sous le contrôle du Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien, membre de l’Académie de médecine, et d’Hélène Berthelot, pharmacienne et experte auprès de la HAS, a jugés inefficaces, voire dangereux des médicaments en vente libre pour soigner rhume, mal de gorge ou troubles intestinaux... « Certains produits contiennent des substances qu’on ne devrait tout simplement pas associer », prévient t'il. La revue se défend de toute attitude anti-médicament. « Nous sommes favorables à l’automédication et à la prise en main par chacun de sa santé, insiste Thomas Laurenceau, son rédacteur en chef, mais l’automédication suppose une bonne information du consommateur, et des produits irréprochables ».

L'attaque est opportuniste et injustifiée affirme L’ AFIPA . Dans un communiqué, l’association dénonce « une attaque opportuniste et injustifiée », et rappelle que ces médicaments disposent tous d’une autorisation de mise sur le marché. « Autrement dit, rappelle-t-elle, ces spécialités ont un bénéfice/risque favorable, elles ont prouvé leur efficacité et font l’objet d’un suivi de pharmacovigilance par l’ANSM. » Pire, ces informations « partiales et erronées » trompent les patients et « nourrissent des peurs injustifiées » sur les produits de santé. L’AFIPA estime que cette étude constitue un danger en matière de santé publique « en favorisant le développement d’idées fausses ». Sur la forme, l’association brocarde l’étude. Elle s’étonne que « la méthodologie amenant le magazine à formuler des conclusions aussi radicales ne soit pas détaillée, et ce particulièrement pour une organisation prônant la transparence et l’impartialité ».

Et de conclure: "Le recours à l’automédication procède d’un véritable parcours de soins dans lequel le pharmacien est l’interlocuteur clé. Le pharmacien conseille et oriente les patients dans leur choix de traitement. Le pharmacien s’appuie particulièrement sur le dossier pharmaceutique, utilisé sur autorisation du patient, qui contribue à sécuriser la dispensation des médicaments en permettant d’éviter notamment les risques d’interaction entre médicaments et les traitements redondants. Afin d’améliorer l’information dont bénéficie les patients-consommateurs grâce au professionnel de santé qu’est le pharmacien d’officine, l’Afipa appelle de ses vœux, et depuis plusieurs années, la 2 mise en place d’une campagne publique d’information et d’éducation à la santé et la reconnaissance de l’officine comme première étape du parcours de soins pour les pathologies bénignes."

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page