By jeanmarcmorandini.com
Santé

Escroquerie et ORL en Charente: Des anesthésistes témoins d'opérations qu'ils jugeaient non justifiées et dangereuses


0

Selon le journal Sud Ouest , Le Dr Albertyn a été  mise en examen pour escroquerie . Le  conseil de l’Ordre des médecins de la Charente, a été alerté par les autres ORL et les anesthésistes  des dérives de ce dernier.

Le médecin ORL du Centre Clinical de Soyaux est soupçonné d'avoir détourné 286 000 euros par la facturation d'actes fictifs ou non justifiés.  

Pire, les anesthésistes ont été les témoins d'opérations qu'ils jugeaient non justifiées et parfois dangereuses. « Contrairement à ce qu'on pense, on communique beaucoup et on sait exactement ce qu'il se passe dans les cabinets médicaux, assure le docteur Bacquart du conseil de l'Ordre. Il aura quand même fallu trois ans pour que l'enquête aboutisse. C'est ce genre de cas qui véhicule une mauvaise image de la médecine. »

Le spécialiste avait pourtant déjà dû s'expliquer devant l'Ordre des médecins de Charente au sujet de ces facturations hasardeuses et de ses méthodes médicales controversées.   « On avait de gros soupçons, poursuit le docteur Bacquart, mais difficile d'apporter des preuves. On était tous coincés. Aujourd'hui, la justice nous permet d'avoir des éléments indiscutables. »

Le docteur Albertyn,  de nationalité belge, dans le collimateur de la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) a évoqué une méconnaissance du système de facturation français et prétextait des techniques médicales différentes.  

Pourtant, le bougre n'en serait pas à son premier coup d'essai. En Belgique, il aurait déjà été interdit d'exercer pour le même motif d'escroquerie. Alors comment a t'il pu arriver en France ?  D'autant que le président de l'Ordre des médecins de la province d'Anvers en Belgique n'est autre que le père de l'ORL incriminé, le docteur Georges Albertyn.  

« Même si ça s'améliore de plus en plus, la collaboration entre les différents conseils de l'Ordre européens n'est pas toujours fluide », explique le docteur Bacquart.

La semaine prochaine, Manuel Albertyn devra s'expliquer devant la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Charente. Une interdiction d'exercer pourra lui être signifiée, avant celle, potentielle, du juge d'instruction. En attendant, le docteur Albertyn a repris le travail à Soyaux. Son carnet de rendez-vous est plein affirme le quotidien.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page