By jeanmarcmorandini.com
Santé

Sidaction: "Aujourd’hui, les jeunes sont au cœur de la lutte contre le sida "


0

Lundi soir s'est déroulée la conférence de presse de Sidaction . Pierre Bergé et Line Renaud sont très alarmistes en ce qui concerne les contaminations des jeunes.

"Nous avons de bonnes et de mauvaises nouvelles à vous annoncer. La bonne nouvelle est que 2015 a été marquée par des avancées : nouveaux moyens de dépistage avec les autotests, nouveaux moyens de prévention avec la PrEP, le traitement préexposition… Ces progressions ont permis de franchir des étapes majeures dans notre lutte contre la maladie et n’auraient pu voir le jour sans la recherche et sans votre fidèle soutien. Nous aurions aimé ne vous annoncer que de bonnes nouvelles, vous dire que nous avons presque gagné le combat contre le sida. Or, malgré l’annonce d’une éventuelle fin de l’épidémie en 2030, nous en sommes bien loin. La récente publication des chiffres épidémiologiques parle d’elle-même. 2015 a enregistré un nombre record de nouvelles infections par le VIH en une année.

Aujourd’hui, dans le monde, 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH. Malgré l’ampleur de ces chiffres, ils demeurent enfouis sous des discours politiques optimistes. En France, 6600 personnes ont encore découvert leur séropositivité en 2014. Un nombre similaire à l’année 2007. Preuve que la dynamique du VIH est toujours très active. Autre point négatif : malgré des stratégies de prévention ciblées, les jeunes sont autant concernés qu’en 2013. En 2014, 11 % des personnes ayant découvert leur séropositivité ont entre 15 et 24 ans. Ces chiffres viennent s’ajouter à des mots qui heurtent : discriminations, isolement, traitements lourds, rejet, précarité. Parce que, oui, grâce à la recherche, nous sommes fiers de dire que nous pouvons vivre avec la maladie. Mais à quel prix ? Nous assistons à un regain de l’épidémie de VIH, dont on ne guérit toujours pas.

Face à cette urgence, nous nous devons d’agir et de redoubler d’efforts. Des efforts intenses et coûteux, certes, mais nécessaires. Parce que, nous le savons, prévenir et soigner coûte cher, mais cela coûtera toujours moins cher que d’enterrer la jeunesse de notre pays. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien. Car lutter contre le VIH, c’est lutter contre les préjugés, porter des politiques audacieuses et accroître nos efforts de prévention.

Ensemble, nous avons la responsabilité et le devoir de continuer sans relâche d’informer, de sensibiliser, d’aider les malades, d’apporter notre soutien à la recherche médicale, de vaincre les discriminations. Car le sida se soigne aussi avec vous, les médias. Un monde sans sida n’est pas une utopie. Il est entre nos mains. Ensemble, nous en avons les moyens. Pour nos jeunes, ensemble, relevons le défi" a déclaré  Pierre Bergé, le Président de Sidaction.

" En France, 11 % des nouvelles découvertes de séropositivité concernent les jeunes de 15-24 ans . Un chiffre alarmant et paradoxal, car cette génération « médicament » bénéficie de moyens de prévention plus nombreux que jamais.

Plus inquiétant encore, depuis 2003, le nombre de découvertes de séropositivité a plus que doublé chez les jeunes homosexuels et bisexuels entre 15 et 24 ans.

Un chiffre qui a augmenté de façon significative entre 2011 et 2014. Pourtant, les risques liés à la transmission de la maladie et les moyens de l’éviter, ils les connaissent.

Le sida, ils en ont entendu parler par leurs parents, qui ont grandi avec la découverte du virus et son hécatombe, et par leurs aînés qui ont vécu dans l’univers du préservatif.

Comment peut-on expliquer ces chiffres qui vont à l’encontre des discours optimistes actuels d’un monde sans sida ? Tout simplement, parce que ces jeunes grandissent dans une société où le sida est banalisé. De fait, ils sont encore trop nombreux aujourd’hui à ne pas se protéger, à découvrir bien trop tard leur séropositivité.

Pire encore, à ne pas se sentir concernés. Cette réalité de l’épidémie concerne le monde entier, notamment l’Afrique subsaharienne, région du monde la plus touchée, où 25,8 millions de personnes vivent avec le VIH, dont 2,3 millions d’enfants.

Chaque jour, dans le monde, 5600 personnes sont nouvellement infectées, dont un tiers ont entre 15 et 24 ans et 12 % sont des enfants.

Aujourd’hui, les jeunes sont au cœur de la lutte contre le sida et sont aussi notre espoir, la clé pour mettre fin à l’épidémie. C’est sur eux que nous devons axer notre priorité. Notre défi est social, politique et culturel" a affirmé,  François Dupré le Directeur général de Sidaction.

Le week-end du 1er avril, les chaînes diffuseront un clip incitant les téléspectateurs à faire un don pour la lutte contre le Sida. Cette année encore, les chaînes de télévision et de radio se mobiliseront pour soutenir le Sidaction, les 1er, 2 et 3 avril. Une soixantaine d'animateurs et de journalistes participeront au traditionnel clip incitant les téléspectateurs à faire un don par téléphone au 110: Anne-Claire Coudray et Alessandra Sublet (TF1), Marianne James et Stéphane Bern (France 2), Carole Gaessler (France 3), Maïtena Biraben (Canal+), Élisabeth Quin (Arte), Norbert Tarayre et Wendy Bouchard (M6), Léa Salamé (France Inter); Jean-Marc Morandini (Europe 1)...

 

Soutenir le SIDACTION:

Par téléphone au 110, la ligne du don Destiné à recevoir les promesses de dons, le 110 est accessible gratuitement à partir de tous les opérateurs et est ouvert du 7 mars au 15 avril 2016. En ligne sur le site www.sidaction.org Le don en ligne (paiement sécurisé) est plus rapide et plus économique. Par courrier En adressant votre chèque libellé à l’ordre de Sidaction, dans une enveloppe affranchie à l’adresse suivante : Sidaction – 228, rue du Faubourg-Saint-Martin – 75010 Paris. En participant à l’une des animations régionales organisées partout en France. Pour trouver celle la plus proche de chez vous, rendez-vous sur www.sidaction.org. En effectuant un achat solidaire dans notre boutique en ligne www.sidaction.org.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page