By jeanmarcmorandini.com
Santé

Dominique Maraninchi, Jean-Paul Vernant et 110 cancérologues dénoncent le prix «exorbitant» des médicaments


0

Dans une tribune publiée hier par Le Figaro, 110 cancérologues dénoncent « le coût exorbitant » des médicaments contre le cancer et demandent l’instauration d’un « juste prix ». Les cancérologues Dominique Maraninchi et Jean-Paul Vernant proposent ainsi des pistes pour réduire l'inflation des prix pratiqués par l'industrie pharmaceutique.

Le régime de santé solidaire dont nous bénéficions en France met pour l'instant les patients à l'abri. Mais pour combien de temps? Et jusqu'à quel niveau d'inflation des prix? indiquent t'ils. « De nombreuses innovations thérapeutiques apparaissent dans le domaine du cancer. (…)

Pourtant, le coût d’abord croissant et maintenant exorbitant de ces innovations risque fort de compromettre ces espoirs », écrivent ces experts, ancien président de l’Institut national du cancer (Inca) et auteur des recommandations du 3e Plan cancer. Pour ces deux spécialistes, mais aussi pour les présidents de l’institut Curie et de l’Institut Gustave Roussy, Thierry Philip et Alexander Eggermont, ou pour Patrice Viens, président d’Unicancer (groupe hospitalier dédié à la lutte contre le cancer), le coût de ces médicaments n’est nullement justifié par leur investissement en recherche et développement (R & D). Au contraire, « de façon paradoxale, les prix des nouveaux produits explosent alors que le coût de leur R&D a diminué », écrivent-ils.

Face à l'inflation des prix pratiqués par des laboratoires pharmaceutiques enclins à optimiser leurs gains, des menaces réelles pèsent sur l'équité d'accès des patients aux traitements innovants des cancers, comme sur la pérennité de notre système de santé solidaire, d'autant que cette inflation déborde maintenant largement le champ du cancer et touche d'autres médicaments innovants comme ceux de l'hépatite C.

Ces menaces sont suffisamment graves pour que les cancérologues et les hématologues manifestent leur préoccupation extrême auprès des pouvoirs publics et proposent notamment: - de définir un juste prix pour les médicaments du cancer, basé sur les sommes investies par les industriels pour la R&D du produit (en tenant compte des apports fournis par la recherche académique), auquel s'ajouterait un retour sur investissement raisonnable, éventuellement défini a priori ; - de rendre le système d'arbitrage des prix plus démocratique et transparent, en y associant de façon structurelle des représentants des patients et des professionnels ; - de ne plus accepter les extensions de durée des brevets que la rapidité du développement des nouvelles thérapeutiques ne justifie pas ; - d'autoriser, comme cela existe déjà pour les traitements du sida et des infections opportunistes, l'utilisation de licences obligatoires pour les pays en développement, qui leur permettent la production et l'utilisation de génériques avant même que les brevets ne tombent dans le domaine public.


Atteinte d'un cancer des os, les médecins lui... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page