By jeanmarcmorandini.com
Santé

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont dangereux pour certains patients


0

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont plus dangereux qu'on ne le croit, affirme une nouvelle étude danoise.

Les analgésiques courants ont plus d'effets secondaires que nous le pensons, y compris le risque d'ulcères et l'augmentation de la pression artérielle et ils doivent être utilisés avec précaution chez les patients  qui souffrent de problèmes cardiaques !

Les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont utilisés pour traiter un large éventail de maladies, des troubles particuliers dans le système musculaire et osseux, où le médicament neutralise l'enflure, la douleur dans le mouvement associé à l'inflammation.

L'auteur de l'étude, le docteur Morten Schmidt de l'université d'Aarhuis, a rappelé dans un communiqué qu'on sait depuis longtemps que les nouveaux AINS (appelés coxibs ou inhibiteurs COX-2 sélectifs) augmentent le risque de crise cardiaque, et que plusieurs ont donc été retirés du marché. 

Sa méta-analyse des études réalisées sur l'utilisation d'AINS par des patients atteints d'une maladie cardiaque démontre toutefois que les anciens AINS s'accompagnent des mêmes risques que les nouveaux produits chassés des tablettes.

"Nous pouvons maintenant voir que certains des types d'AINS plus anciens, en particulier le Diclofenac, sont également associés à un risque accru de crise cardiaque et apparemment dans la même mesure que ceux qui ont été retirés du marché», a t-il dit. Et d'ajouter: "Ceci est inquiétant, parce que ces anciens types de médicaments sont fréquemment utilisés dans le monde occidental et dans de nombreux pays ils sont disponibles sans ordonnance!"

Les auteurs estiment que les AINS devraient seulement être vendus librement s'ils sont accompagnés d'avertissements clairs au sujet des risques cardiovasculaires.

Ils ajoutent que certains patients pourraient être soulagés de leur douleur par la physiothérapie ou par des médicaments moins dangereux pour le coeur.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le journal médical European Heart Journal.

 


Médicaments : Dans un livre, Irène Frachon... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page