By jeanmarcmorandini.com
Sexe

Les jeunes peu informés sur les Maladies Sexuellement Transmissibles


0

Le Syndicat National des Dermatologues et Vénéréologues (SNDV) organise le 24 mars 2016 la première journée nationale de prévention et d'information contre les maladies sexuellement transmissibles (MST).
Le SNDV lance à cette occasion une site web, une application MSTRisk, et dévoile les résultats d'une étude inédite sur les connaissances des 18-35 ans en matière de MST.

Les 18-35 ans sont prudents dans leurs comportements mais encore peu informés sur les maladies sexuellement transmissibles. 

Les jeunes Français de 18 à 35 ans adoptent des comportements prudents en matière de sexualité mais présentent des lacunes en matière de connaissance sur les mST.

Selon l’étude conduite par Harris Interactive pour le Syndicat national des Dermato-Vénéréologues (SnDV) à l’occasion de la première journée nationale de prévention et d’information sur les maladies Sexuellement Transmissibles (mST) 7 personnes sur 10 ignorent ou interprètent mal les signes d’une MST (brûlure, écoulement, ulcération). 3 sur 10 ignorent que les MST sont transmissibles par voie anale et plus d’1 sur 10 (12 %) pense que le psoriasis est une MST. 

Toutefois, 8 personnes sur 10 reconnaissent que le préservatif est la meilleure protection et plus de la moitié (52 %) des 18-35 ans déclarent avoir demandé à leur médecin un dépistage pour savoir où ils en étaient avec le VIH. 

« Ces résultats sont encourageants car il y a à la fois une sensibilisation forte au risque de MST, notamment et une méconnaissance qui justifie la campagne d’information que nous allons engager » explique Luc Sulimovic, président du Syndicat national des Dermatos-Vénéréologues.

« L’étude montre aussi qu’il est important de rappeler le rôle du dermatologue-vénéréologue dans le dépistage et la prise en charge des MST » ajoute-t-il. 

Les Français âgés de 18 à 35 ans identifient bien certaines maladies sexuellement transmissibles (MST) comme le SIDa (96 %), l’herpès génital (76 %), la syphilis (75 %) ou les poux pubiens (63 %), plus connus sous le terme de « morpions » tout en étant moins familiers aux 18-24 ans (56 %). Viennent ensuite les papillomavirus, les chlamydias et les hépatites B et c, connues comme mST par moins de 50 % des personnes interrogées.

Les 6 autres pathologies - les infections à mycoplasmes, la gonococcie, les condylomes, le chancre mou, les infections à trichomonas et la maladie de nicolas Favre - ne sont connues que par moins de 20 % des 18-35 ans. Surtout, certaines maladies sont considérées à tort comme des mST par 37 % des répondants : l’hépatite A, le psoriasis, la lèpre, la tuberculose ou encore la maladie de crohn.

S’ils pensaient être exposés à un risque de mST, les adolescents et les jeunes adultes interrogés se tourneraient d’abord vers le milieu médical (77 %), notamment chez leur médecin généraliste (55 %) mais très rarement chez un dermatologue (4 %) ; plus de la moitié (58 %) en parleraient aussi à un proche mais plus d’un sur quatre (26 %) déclare qu’il essaierait de trouver une solution par lui-même, notamment parmi les 18-24 ans (30 %). On notera que les femmes sont 53 % à prévenir leur partenaire du risque contre seulement 42 % des hommes.

Bien que plus de 8 personnes interrogées sur 10 (84 %) considèrent que le préservatif est la meilleure protection contre les MST, ils ne sont que 54 % à l’utiliser systématiquement lors des rapports sexuels, un tiers déclare ne l’utiliser qu’avec des partenaires occasionnels et plus de la moitié (51%) déclarent ne pas toujours avoir de préservatif sur eux.

Demander à leur futur partenaire une preuve de non infection au VIH est envisageable pour 45 % des 18-35 ans et 50 % des femmes (contre 41 % des hommes). en revanche, 15 % des personnes interrogées pensent qu’il n’est pas nécessaire de prévenir leur partenaire s’ils ressentent les signes d’une possible MST.

Les 18-35 ans connaissent mal les signes et les voies de contamination d’une MST. D’une manière générale, entre un quart et un tiers des répondants ne savent pas se prononcer sur ces questions. une part non négligeable craint des risques de contamination là où il n’y en a pas ou très peu : 27 % pensent pouvoir être contaminés en utilisant la brosse à dent de quelqu’un, 22 % pensent que les MST sont uniquement transmissibles par les voies sexuelles, et un peu plus de 15 % craignent de se faire tatouer ou de contracter une MST chez le dentiste.

La sensibilisation face au risque VIH apparaît en revanche extrêmement élevée. Ils sont presque trois sur quatre (73 %) à indiquer qu’ils demanderaient un dépistage du VIH/Sida avant d’arrêter l’utilisation du préservatif avec leur partenaire.

Rappelons que, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OmS), plus d’un million de personnes contractent chaque jour une MST dans le monde. Le Syndicat National des Dermatologues- Vénéréologues constate une recrudescence des cas de MST dans leurs consultations, comme en témoigne le retour de la syphilis, avec 4000 à 5000 nouveaux cas par an.

chez les 15-35 ans, 7 personnes sur 10 ignorent ou interprètent mal les signes d’une MST (brûlure, écoulement, ulcération), c’est pour cette raison que le Syndicat national des Dermatologues-Vénéréologues a développé mSTRisk.

L’application permet d’obtenir des informations sur ce que sont les maladies Sexuellement Transmissibles (mST), les symptômes, les modes de transmission, le diagnostic, les méthodes de dépistage et les traitements existants.

Dans un langage simple et accessible à tous, elle explique comment se protéger des MST et que faire en cas d’infection.

A l’ouverture de l’application, l’utilisateur accède directement à une sélection de 12 symptômes caractéristiques des différentes infections (boutons, fièvre, brûlures...). La sélection d’un symptôme renvoie directement à une présentation simplifiée des mST possibles et de leur dangerosité. L’utilisateur trouvera également des informations sur le rôle du Dermatologue, spécialiste des mST. Enfin l’application donne accès à l’annuaire des Dermatologues- Vénérélogues. 


GB: L'apparition d'un jeune acteur entièrement... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page