By jeanmarcmorandini.com
Santé

Prélèvement d'organes sans consentement en Russie : Le combat d'une mère en deuil


0

Selon la RTBF.be, une maman a appris que l'hôpital avait prélevé les organes de sa fille unique, en lisant le rapport d'autopsie. La jeune femme est morte après avoir été  percutée à 19 ans par une voiture à Moscou.

Son cœur, ses reins et d'autres organes avaient été prélevés à sa mort. Depuis, sa maman se bat contre la loi qui permet aux médecins russes de prélever des organes sans permission.

"Dès le premier jour, les docteurs la voyaient comme une donneuse d'organes"dénonce Eléna. et de préciser qu'Alina a passé six jours dans le coma avant de mourir.

Le dernier jour, les médecins lui ont interdit l'accès à la chambre de sa fille, sans explication.

Elena, interrogée par l'AFP soupçonne le personnel médical d'avoir pu "aider" Alina à mourir pour prélever ses organes.

"Pourquoi ont-ils prélevé six organes du corps d'Alina mais ont écrit qu'ils n'en avaient prélevé que deux?" s'interroge son avocat Anton Bourkov. "Ces organes ont-ils été vendus? Nous n'avons aucun moyen de le prouver", poursuit-il, interrogé par l'AFP. 

 Elena Sablina a même écrit au procureur général, au représentant des droits de l'homme et au patriarche de l'Eglise orthodoxe, Kirill. "On m'a dit que le sujet était délicat et que personne ne voulait s'en mêler parce qu'il n'y a pas de précédents concernant des changements de cette loi", regrette-t-elle.

Elena le sait, rien ne pourra ramener sa fille mais elle souhaite que la législation change "Les gens sont transformés en morceaux de viande", regrette-t-elle. "L'Etat s'attribue des droits sans limite pour diriger nos vies jusqu'à nos organes".


Des propos du chef du service de pneumologie de... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page