By jeanmarcmorandini.com
Psy

Hayden Panettiere se fait interner pour soigner sa dépression post-partum


0

Suite à la naissance de sa fille, prénommée Kaya, il y a un an et demi, Hayden Panettiere souffre d'une grave dépression post-partum. L'actrice a décidé de retourner en cure. Elle  en a  informé ses fans  sur Twitter.  "La dépres­sion post-partum dont j'ai souf­fert a des consé­quences sur chacun des aspects de ma vie et, plutôt que de m'enfer­mer dans les mêmes sché­mas de fonc­tion­ne­ment qui sont néfastes à ma santé, j'ai choisi de prendre du temps pour réflé­chir dans sa globa­lité sur ma vie et ma santé. Souhai­tez-moi bonne chance."

 

 

 

En 2015, elle avait déjà séjourné dans un hôpital et relaté ce mal dans les médias.  "Il faut que les femmes sachent qu'elles ne sont pas seules et que ça passe. Il y a beaucoup d'incompréhension. Les gens pensent que ce n'est pas réel, que ça n'existe pas, qu'on l'invente, que c'est hormonal. C'est incontrôlable, douloureux, effrayant et les femmes ont besoin d'être soutenues dans cette épreuve."

Pour la deuxième fois, Hayden a décidé de se faire hospitaliser dans un centre spécialisé pour se soigner.

La dépression post-partum est une maladie qui touche de nombreuses femmes, et aussi des hommes, après la naissance de leur bébé. Les symptômes varient selon les individus et la gravité de la dépression, et diffèrent du baby blues.

Dans les cas les plus sévères, elle peut non seulement nuire à la mère, mais nuire aussi au développement du lien d’attachement entre elle et son bébé et réduire ses interactions avec lui. Le développement cognitif, social et affectif de son enfant pourrait même en être affecté. Le traitement est plus efficace lorsque la dépression post-partum est détectée tôt.

La dépression post-partum peut se manifester à tout moment pendant l’année suivant l’accouchement.

Elle peut être causée par le fait qu’on se sente dépassé, voire submergé, par les contraintes et par un manque d’équilibre entre les tâches et les activités agréables.  D’autres facteurs de risque ont été reconnus comme un déménagement ou un stress financier...

Les études rapportent que la dépression post-partum (dépression majeure) touche environ 7 % des mères au cours des trois premiers mois suivant l’accouchement. Elle peut toutefois affecter jusqu’à 19 % des femmes dans le cas d’une dépression légère. Selon les études, le taux de dépression postnatale est, de manière générale, plus élevé trois mois après l’accouchement et diminue graduellement par la suite.


Hayden Panettiere se fait interner pour soigner... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page