By jeanmarcmorandini.com
Santé

Les édulcorants seraient mauvais pour le diabète de type 2


0

Utilisées dans les régimes amaigrissants "dans un objectif de réduction de la consommation des sucres et de l'apport énergétique" et, chez le sujet diabétique, "pour l'aide au contrôle de la glycémie et pour améliorer l'acceptabilité d'un régime restreint en sucres", les édulcorants sont-ils réellement bénéfiques ?

Non, argue  une étude réalisée par la T hird National Health and Nutrition Survey (NHANES III), qui affirment qu'ils  sont même mauvais pour le diabète de type 2.

Ces résultats rejoignent les travaux de Jotham Suez, de l’Institut Weizmann à Rehovot, en Israël, et ses collègues. Les biologistes ont montré – chez la souris – que la consommation régulière de substituts non caloriques du sucre comme l’aspartame ou la saccharine perturbe le métabolisme en modifiant la composition des bactéries qui peuplent nos intestins: microbiote.

«Les édulcorants artificiels ont été introduits massivement dans notre alimentation avec l'idée de réduire les apports caloriques et de normaliser les niveaux de glucose sanguin sans remettre en cause notre appétence pour le sucré» écrivent les chercheurs. «Mais nos travaux suggèrent qu’ils pourraient avoir directement contribué à renforcer l'épidémie qu'ils étaient censés combattre».

Selon le Dr Eran Elinav de l'Institut Weizmann en Israël, à l'origine de l'étude, certaines bactéries pourraient interagir avec les composés chimiques des édulcorants - qui ne sont pas absorbés par l'intestin - en favorisant des réactions inflammatoires à l’origine de troubles métaboliques tels que l'intolérance au glucose ou le diabète.

Les édulcorants artificiels ne sont donc pas digérées par l'organisme.Toutefois, cette nouvelle étude suggère que les bactéries dans l'intestin peuvent être en mesure de décomposer les édulcorants artificiels, ce qui entraîne des effets négatifs sur la santé .

À l'heure actuelle, il y a beaucoup de nouveaux substituts de sucre qui sont utilisés dans les aliments et les boissons et sont commercialisés sous l'appellation «sans sucre» ou « régime ».

Alors même si ces derniers, contiennent peut-être moins de calories que le sucre et aident à perdre du poids, ils agissent aussi sur les bactéries intestinales, ce qui peut causer une intolérance au glucose.

«Notre étude montre que les personnes souffrant d'obésité qui consomment des édulcorants artificiels, en particulier l'aspartame, peuvent devenir intolérants au glucose », a déclaré Jennifer Kuk de la York University’s school of kinesiology and health science au Canada.

Les données de 2.856 adultes aux Etats-Unis extraites de la Third National Health and Nutrition Survey (NHANES III) ont été étudiées, et les participants notaient leur régime des 24 dernières heures. Ils ont été divisés en groupes qui consommaient des édulcorants artificiels (de l’aspartame ou de la saccharine) ou du sucre naturel (sucre ou fructose).

Résultats, les cobayes ayant ingéré des édulcorants artificiels – de l’aspartame ou de la saccharine – avaient un IMC un peu plus élevé (28, contre 27), surtout chez les femmes. « Ceux qui consomment des édulcorants artificiels, surtout de l’aspartame, peuvent avoir une plus mauvaise gestion du glucose que ceux qui ne prennent pas de substituts au sucre », a affirmé la scientifique.

Et d'ajouter: "Nous ne trouvons cet effet indésirable chez ceux qui consomment de la saccharine ou des sucres naturels"

Le risque de diabète a été mesuré par voie orale.  Les diabètes de type 2 arrivent quand le taux de sucre dans le sang d’une personne devient trop élevé. 

« Plus de recherches doivent être menées pour mieux comprendre les bienfaits de la gestion du poids, ou le fait que la consommation d’édulcorants artificiels à la place des sucres augmenterait les risques de diabètes, surtout chez les personnes obèses. »

L’étude a été publiée dans Applied Physiology, Nutrition and Metabolism.


Un labrador sauve la vie de Sadie, 4 ans... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page