By jeanmarcmorandini.com
Santé

Mort de Prince: Les antidouleurs opioïdes tuent aussi 40 personnes par jour aux USA


0

Peu avant sa mort, Prince aurait été traité pour une overdose de médicaments opiacés. L'autopsie effectuée sur le corps du chanteur avait montré qu'il est décédé d'une overdose d'opioïde. Le s Etats-Unis font face à une épidémie sans précédent, qui tue environ 40 personnes chaque jour.

Ce genre d’accident explose outre-Atlantique, où les autorités sanitaires parlent de véritable épidémie ! Une nouvelle étude révèle que de nombreux patients peuvent devenir accros à ces médicaments obtenus sur ordonnance. L'étude, qui a été publié dans le numéro de Juin de la revue de la douleur, a constaté que des mois après la chirurgie de remplacement articulaire, de nombreux patients continuent à prendre de puissants analgésiques opioïdes sur ordonnance. Le résultat de l'étude est cruciale étant donné le nombre croissant de chirurgies de remplacement des articulations et l'augmentation du taux de surdose d'opiacés constatées aux Etats-Unis.

Prince, qui est décédé en Avril, est connu pour avoir souffert de problèmes de douleurs à la cheville et à la hanche. Il a subi une chirurgie de remplacement de la hanche en 2010. Il est également connu pour avoir utilisé du Percocet, un opioïde analgésique sur ordonnance depuis 2006. Pour la nouvelle étude, Jenna Goesling, de l'Université du Michigan à Ann Arbor, et ses collègues ont examiné plus de 500 patients qui ont subi une chirurgie de remplacement du genou ou de la hanche.

Les chercheurs ont également noté qu'ils ne trouvent pas un lien entre l'utilisation d'opioïdes persistante et les douleurs, ce qui suggère que certains patients continuent à utiliser ces médicaments indépendamment de l'amélioration de leur état, et que d'autres facteurs influencent probablement l'utilisation à long terme des analgésiques opioïdes après une intervention chirurgicale.

"Nous croyons que les raisons pour lesquelles les patients continuent à utiliser les opioïdes peuvent être dus à la détresse affective, et à la dépendance aux opiacés thérapeutiques."

«La dépendance, physique et psychique, aux opiacés peut s’installer très vite, explique au Matin.ch , la professeure Barbara Broers, responsable de l’Unité des dépendances des HUG. Les patients s’habituent rapidement à la molécule, et il leur faut des doses de plus en plus fortes pour être soulagés.» Mal informés sur les risques, certains patients augmentent eux-mêmes les doses. Et un mélange avec un peu d’alcool ou d’autres médicaments (comme de simples antibiotiques) peut suffire à provoquer une overdose. «Par rapport à l’héroïne, ces antidouleurs ont des vitesses d’action plus lente et des durées d’action longues, on peut donc prendre ses pilules et faire une overdose une ou deux heures plus tard», précise la professeure Broers.

Ces «opioid painkillers» tuent ! Les overdoses mortelles impliquant un opioïde, que ce soit sous forme d’antalgiques ou de drogue (héroïne), ont quadruplé entre 1999 et 2014, constatent les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) dans leur dernier rapport. 

Dans le but de lutter contre l'épidémie, le président Obama a octroyé des fonds d'un montant de  1,1 milliard $  pour  traiter ce problème.

 

 


Le chanteur Prince hospitalisé d'urgence par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page