By jeanmarcmorandini.com
Psy

Orlando: Quand les SMS deviennent un moyen de dire au revoir au moment des tragédies


0

Au Pulse, une boîte gay d’Orlando, un homme âgé de 29 ans, Omar Mateen, a fait irruption dans le club et tiré sur les clients.

Eddie, l’une des victimes de la fusillade a envoyé, juste avant d’être abattu , de nombreux sms à sa mère.

Caché avec d’autres dans les toilettes, il a communiqué avec sa mère, Mina jusqu'à sa mort relate Slate.com .

 «Eddie: "Maman je t’aime" (2:06) Eddie: "Ils tirent dans le club."

Mina: "Ça va?" Eddie: "Je suis coincé." (2:07)

Mina: "Quel club"

Eddie: "Pulse. Dans le centre-ville. Appelle la police."

Eddie: "Je vais mourir" (2:08)

Mina: "Je les appelle maintenant."

Mina: "Tu es toujours dedans?"

Mina: "Réponds-moi bon sang"

Mina: "Appelle-les"

Mina: "Appelle-moi."

Eddie: "Appelle-les maman" (2:39) Eddie: "Maintenant."

Mina: [Est-ce qu’il y a des blessés?]

Eddie: "Beaucoup. Oui." (2:42) Mina: [Es-tu avec la police?]

Mina: "Envoie-moi un message s’il-te-plaît"

Eddie: "Non" (2:46) Eddie: ‘"Je suis toujours dans les toilettes. Il nous tient. Il faut qu’ils viennent nous chercher."

Mina: "La police est là dis-moi quand tu les vois" (2:49)

Eddie: "Depêchez-vous" (2:49)

Eddie: "Il est dans les toilettes avec nous" (2:50)

Eddie: "Les toilettes des femmes" (2:50)

Mina: "Est-ce que l’homme est avec vous?" Eddie: "Il est terrifiant"

Eddie: "Oui" (2:51)

Mina: "Es-tu blessé?"

Mina: "Reste là il n’aime pas les gays" (2:52)

Mina: "Envoie-moi un message s’il te plaît" (2:53)

Mina: "Je t’aime" (2:54)

Mina: "Ne fais rien"

Mina: "Reste par terre"

Mina: "Bébé réponds-moi"»

Puis plus de message. Sa mère n’aura la confirmation de son décès que de longues heures plus tard.

Selon le Washington Post, de plus en plus de victimes utilisent les sms lorsqu'elles sont persuadées d’être assassinées dans les minutes qui viennent. «Maintenant, dans nos poches, nous avons de petits appareils qui peuvent nous connecter rapidement et silencieusement à presque n’importe qui dans le monde,écrit le Washington Post. Dans un moment inimaginable, quand on réalise que notre prochain mouvement pourrait être le dernier, nous pouvons choisir de le passer à écrire un dernier appel à l’aide, un dernier message d’amour.»

«Ma famille est heureuse que ma mère ait eu l’opportunité de lui parler et de lui répondre à ce moment, a expliqué au Post Lakitra Justice, sœur d’Eddie. Certaines familles n’ont pas eu ça.» 

«Vous n’avez plus de contrôle à la fin, explique-t-elle au Washington Post. Mais maintenant nous avons ce petit espace de contrôle sur notre communication, pour savoir que l’on peut au moins dire “au revoir”, que l’on peut au moins dire “je t’aime”» explique au Washingtonpost , Maureen Keeley, professeure en communication à l’université d’État du Texas.

Lors de l’attaque du Bataclan le 13 novembre 2015, Marielle Timme, réfugiée dans une pièce a elle aussi envoyé un message. «Le premier message que j’ai envoyé c’était à mes parents: “Je vais mourir je vous aime.” Ils pensaient que c’était parce que je m’éclatais au concert.»


Orlando: Quand les SMS sont deviennent un moyen... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page