By jeanmarcmorandini.com
Santé

Un médicament expérimental pourrait améliorer la vie des personnes souffrant d'asthme sévère


0

Selon une étude publiée dans la revue britannique Lancet Respiratory Medicine, un médicament expérimental pourrait améliorer la vie des personnes souffrant d'asthme sévère.

Le Fevipiprant, développé par le groupe pharmaceutique suisse Novartis, a entraîné une diminution notable de l'inflammation des voies respiratoires chez des patients atteints d'asthme sévère, rapporte l'étude.

Dans une étude publiée vendredi dans la  revue The Lancet Respiratory Medicine  ,les chercheurs de l'Université de Leicester ont constaté que les patients qui ont essayé le nouveau médicament Fevipiprant ont montré une baisse de leurs symptômes, y compris une réduction des inflammations pulmonaires et une amélioration de la fonction pulmonaire. Il y avait aussi des signes que le médicament a aidé à réparer la muqueuse des voies aériennes des patients.

Lors de l'essai mené sur une soixantaine de patients, la moitié d'entre eux ont reçu du Fevipiprant et l'autre moitié un placebo en plus de leurs médicaments habituels, pendant trois mois. A l'issue des trois mois, les chercheurs sont observé que l'inflammation des voies respiratoires "éosinophiles" - une des caractéristique de l'asthme - était deux fois moindre chez les patients qui avaient pris du Fevipiprant que chez ceux qui avaient reçu un placebo. "Cette recherche est très prometteuse et doit être accueillie avec un optimisme prudent", a commenté pour sa part le Dr Samantha Walker, directrice de recherche à Asthma UK, une association britannique de lutte contre l'asthme.

Gaye Stokes, un patient qui a un asthme sévère depuis 16 ans,  aurait  dit: «J'ai su tout de suite que j'avais pris le médicament. Je me suis senti comme une personne complètement différente. Pour la première fois depuis des années, je me suis senti vraiment, vraiment bien." Elle a ajouté qu'une fois qu'elle a cessé de prendre la pilule de son état s'est dégradé.

Pour le Pr Hans Michael Haitchi, de l'Université de Southampton, de nouvelles études seront nécessaires pour confirmer la sécurité du médicament mais aussi "pour déterminer si les crises d'asthme peuvent être diminuées ou évitées" chez les patients atteints d'une forme sévère "sur une plus longue période".


La journée française d'allergie : 50 % de la... by morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page