By jeanmarcmorandini.com
Forme

Rio 2016: De nombreux nageurs professionnels vont mal et sombrent dans l'alcool !


0

Le Dr William Lowenstein, interniste et addictologue, président de l' association "SOS addictions"  a été interrogé par Francetvinfo sur les problématiques d'addiction chez les sportifs de haut niveau.

Les exemples sont nombreux, Ian Thorpe a été hospitalisé pour dépression et  alcoolisme, Grant Hackett cherche de l'aide pour arrêter l'alcool, Michael Phelps aussi... Que se passe t'il, les champions sont t'ils particulièrement à risque ?

 "Un certain nombre de médecins du sport ont tendance à minimiser le problème. Et il persiste autour de la compétition de haut niveau une certaine "omerta du rêve", et une représentation erronée du sport, toujours vu comme naturel et bon pour la santé, qui étouffe ce genre de problématiques", affirme le médecin.

Les sportifs de haut niveau sont vraiment une population à part", explique l'addictologue. "Ils sont « hyper » : hypersensibles, hyper-réactifs, hyperactifs physiquement et, dans une moindre mesure, psychiquement. L'addiction, justement, est une maladie de l'hyper. En somme, leurs grandes qualités font aussi leur vulnérabilité".

Et d'ajouter: "L'athlète est confronté à l'effort mais aussi à une monotonie extrême. Même si les casques waterproof ont permis de mettre un peu de bruit dans la piscine, et de proposer autre chose au nageur que de compter les carreaux au fond de l'eau, les entraînements de natation comptent parmi les plus durs et les plus ennuyeux."

"Les addictions apparaissent principalement au moment de l'arrêt de la carrière, qui est une véritable petite mort. Mais aussi au moment d'une blessure, surtout si elle s'accompagne d'une immobilisation, très difficile à supporter pour les personnalités hyperactives. Ou alors en cas de non-sélection".

"Repasser à la position verticale, supporter les bruits est vécu comme une agression", conclut l'addictologue.


Cupping: Michael Phelps utilise cette... by morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page