By jeanmarcmorandini.com
Santé

Une employée de la poste fait un AVC : son chef la force à poursuivre son travail


0

Une employée de la poste de 25 ans a subi un AVC subi en février sur son lieu de travail et  son chef l'a forcée à poursuivre son travail.

« Si ma hiérarchie avait prévenu les secours à temps, je n’aurais pas toutes ces séquelles. Mais si mon collègue n’avait pas insisté pour que je sois secourue, je ne serais plus là pour vous en parler. » indique t'elle dans un entretien accordé à La Voix du Nord.

Le 19 février, cette employée en CDD à la plateforme de distribution du courrier de Villeneuve-d’Ascq, appelle son chef pour signaler qu’elle ne se sent pas bien et qu’elle ne pourra pas venir travailler. Ce dernier l'invite à tout de même prendre son poste. « Vers 6h40, je me suis sentie très mal, je suis allée plusieurs fois dans le bureau de l’encadrant qui m’a dit : Finis ton travail, on appellera les pompiers tout à l’heure. »

Sur place, son état s'aggrave. Elle est prise de maux de tête, son bras lui fait mal et ne sent plus sa jambe. Mais "son supérieur reste sourd à ses plaintes" confie-t-elle à La Voix du Nord

Un collègue, qui a donné l’alerte, a reproché à sa hiérarchie d’avoir tardé à vouloir appeler les secours

À 9 h 30, elle décide d'appeler les secours. « Ils m’ont répondu que je n’étais pas médecin, je me suis énervé et j’ai appelé les secours », témoigne la collègue. Une ambulance privée la transportera finalement à l’hôpital où son IRM révélera son AVC .

Depuis, elle est partiellement paralysée de la jambe gauche et subit un traitement très lourd ainsi que des séances de kiné quotidiennes. Membre du CHSCT, le collègue qui lui a porté secours et demandé la tenue d’un comité extraordinaire de cette instance pour mise en danger de la vie d’autrui a été suspendu. « Je me suis retrouvé en suspension de fonction et en retrait de service. J’ai sauvé la vie de quelqu’un et je perds mon travail », témoigne t'il.

Le postier a même fait 30 heures de garde à vue après une plainte de sa hiérarchie pour harcèlement. « Ils veulent l’écarter tout simplement parce qu’il a mis le doigt sur une défaillance », estime Virginie Stienne-Duwez son avocate.

La victime a déposé plainte pour non-assistance à personne en danger. Me Kazmierczak. Celui ou celle qui lui a porté secours est passé en conseil de discipline pour être probablement muté.

L’inspection du travail a saisi le procureur de la République à Lille.

Quant à la direction régionale de La Poste, elle prétend que c’est un encadrant qui a alerté les secours.


AVC: "Le vrai danger ne prévient pas toujours... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page