By jeanmarcmorandini.com
Psy

« Je vais mal, aidez-moi »... Le mal-être des jeunes en France reste tabou selon l'association PHARE Enfants-Parents


0

A la veille de la journée mondiale de la prévention du suicide, l'association PHARE Enfants-Parents fait une nouvelle fois le triste constat qu'aborder le mal-être des jeunes en France reste tabou .

Il n'est clairement plus une priorité pour les instances publiques, récalcitrantes à subventionner l'action des associations. Or les campagnes de prévention et de sensibilisation sur les signaux d'alertes, notamment en milieu scolaire, sont primordiales pour repérer les profils en souffrance et réussir à abaisser le nombre de tentatives de suicides, véritable fléau chez les jeunes de moins de 24 ans en France1. Il y a urgence.

PHARE Enfants-Parents fait état d'une augmentation des demandes d'accompagnement psychologique : En 5 ans, le nombre d'entretiens sur RDV a été multiplié par 8, pour atteindre 309 consultations en 2015.

L'âge moyen des jeunes reçus est de 14 ans, les plus jeunes ont 8 ans. Une hausse de 10% pour les appels traités en 2015 sur la ligne d'écoute de l'association. A l'autre bout du fil, principalement des parents en recherche de guidance.

L'équipe d'écoute observe une progression des motifs liés aux difficultés relationnelles au sein de la famille, depuis 2 ans. Canaux privilégiés par les jeunes, les mails et les sms ont souvent valeur de « bouteilles à la mer » lancées en dernier recours. « Je vais mal, aidez-moi »...

365 sms ont été échangés avec la psychologue de l'association sur l'année. Un premier contact qui assouvit le besoin d'immédiateté du jeune en situation de détresse et débouche sur une rencontre quand la confiance est établie ou sur des échanges constructifs. Journée mondiale : RDV 10h-18h au Village associatif A l'occasion de la journée mondiale pour la prévention du suicide, le samedi 10 septembre 2016, PHARE Enfants-Parents sera présente au Village associatif de l'UNPS entre 10h et 18h, à la gare Montparnasse au niveau C (hall Vasarely).

Aux côtés des principaux acteurs du secteur, les membres de l'association se tiendront à la disposition du public pour informer, orienter vers les solutions d'aides et d'accompagnement existantes.

Depuis 25 ans, l'association PHARE Enfants-Parents fournit un sas de décompression aux parents, enfants et jeunes adultes en situation de souffrance psychique. Chaînon entre l'enfant, la famille et le pédopsychiatre, elle se veut un précieux relais vers un parcours de soins adapté. - Le 2e rapport de l'Observatoire National du Suicide fait état d'une estimation de 200 000 tentatives de suicide par an, avec une prévalence pour les jeunes filles de 15 à 20 ans. Cette estimation est basée sur une enquête faite en milieu hospitalier.


Regardez le témoignage bouleversant d'une SDF... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page