By jeanmarcmorandini.com
Santé

Notre dossier sur les cabines UV et les vrais risques pour la santé - Une dermatologue répond en vidéo.


0

Avant les vacances d'été, beaucoup de français côtoient les cabines à UV pour préparer la peau au soleil.

Certains sont même adeptes des UV toute l'année.

Mais les risques existent.

Les UV artificiels des cabines UV sont essentiellement constitués de rayonnement UVA.

Or, les UVA pénètrent facilement la peau et les lésions induites sont difficilement réparées par les cellules.

Ils sont ainsi impliqués, pour une part significative, dans l’apparition de cancers cutanés.

L’Institut national du cancer (Inca) rappelle qu’avec près de 80000 nouveaux cas par an (toutes causes confondues), les cancers cutanés sont les plus fréquents en France.

Le mélanome cutané, la forme la plus agressive, se place au 9ème rang des cancers les plus fréquents en France.

En 2009, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a qualifié les UVA et les UVB d’agents cancérogènes certains pour l’homme et a conclu que les utilisateurs de cabines UV augmentent leur risque de développer un mélanome cutané.

Utiliser des bancs solaires en hiver, ne permet pas d’éviter une éventuelle carence en vitamine D, puisque la synthèse de cette vitamine par l’organisme est stimulée par les UVB, dont la composante est infime dans les bancs solaires mis à disposition du public, en France.

Aucune étude scientifique n’a permis de montrer qu’une production efficace de vitamine D était possible avec des appareils répondant aux caractéristiques du décret français.

De plus, aucune étude n’a permis de montrer qu’augmenter son niveau sérique de vitamine D par des expositions répétées aux bancs solaires soit bénéfique pour la santé. En tout état de cause, comme le recommande l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une éventuelle carence en vitamine D doit être compensée par voie orale (alimentation, aliments enrichis, supplémentation, …).

Les UV artificiels ne protègent ni des coups de soleil, ni des dangers liés aux expositions aux UV naturels. Au contraire, les UV artificiels reçus en cabine de bronzage ne font que se cumuler à ceux reçus du soleil.

L’utilisateur, en s’exposant plus longtemps et de façon plus fréquente aux UV, augmente donc ses risques de développer, à court terme, des coups de soleil et, à long terme, un cancer cutané.

Les UVA,en pénétrant dans les couches profondes de la peau, provoquent un vieillissement cutané prématuré qui se traduit, 10 à 20 ans après les expositions, par l’apparition de tâches et de rides ainsi que par un amincissement de la peau.

Par ailleurs, les UVA peuvent avoir des effets aigus sur l’œil et provoquer une inflammation de la cornée, une photoconjonctivite ou une cataracte.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page