By jeanmarcmorandini.com
Beauté

Vitiligo : L'Association Française du Vitiligo propose des ateliers de maquillage pour camoufler les tâches


0

Le vitiligo est une affection de la peau qui se caractérise par l'apparition de taches blanches sur de nombreuses parties du corps comme les pieds, les mains, le visage, les lèvres etc. Ces taches sont causées par une « dépigmentation »

La maladie peut évoluer, s’arrêter ou s’étendre sans que l’on sache pourquoi. Les aggravations surviennent souvent après un événement déclencheur psychologique ou physique.

L'Association Française du Vitiligo propose des ateliers de maquillage pour camoufler les tâches. Ils sont destinés aux femmes et aux hommes.

L'objectif est d' apprendre les bases de l'auto-maquillage et ses techniques, de d écouvrir les produits les mieux adaptés à la spécificité de sa peau, d'ê tre conseillé personnellement par un professionnel et enfin de p artager une journée avec d'autres personnes concernées par la même dermatose.

 

Richard atteint de la maladie explique ce que les ateliers de maquillage lui ont apporté. « Quand j'ai visité le site de l'Association Française du Vitiligo il y a longtemps, j’ai remarqué qu’elle organisait des ateliers de maquillage mais je n’envisageais pas d’avoir recours à ce moyen de camouflage. Bien que la maladie soit « bénigne », qu’elle n’induise aucune douleur physique, et qu’au début on l’oublie un peu (puisque mes tâches au visage et au pouce étaient petites), avec le temps, les tâches grandissent et deviennent plus nombreuses. Le regard toujours plus insistant des autres vous rappelle qu’elles sont bien là.

J’ai la peau mate qui bronze rapidement. La gêne du regard des autres revient avec les beaux jours. Les médecins disent que c’est une maladie psychosomatique, mais c’est plutôt une maladie somatique qui induit des effets psychologiques.
Quelques années après, je suis revenu sur le site de l’association et j’ai vu qu’un atelier de maquillage était proposé pour une date proche. Ne trouvant pas naturel de me maquiller, je me suis dit que cela valait quand même la peine que j’essaye au moins une fois. Mon amie m’a soutenu immédiatement en me proposant de m’accompagner. Il n’est pas facile de s’exposer devant les autres personnes, même si on se dit qu’elles ont les mêmes problèmes.
Heureusement, le jour de l’atelier, j’ai été très bien accueilli et me suis senti très vite à l’aise grâce à Danièle et aux « deux » Martine qui trouvaient toujours les mots qui convenaient.
Lorsque ce fût à mon tour d’être au soin avec Martine Omeyer, j’ai appris les techniques du maquillage correcteur, terme plus approprié que camouflage. Après 15 minutes, j’ai été bouleversé par le visage que j’ai redécouvert : il ressemblait à celui de mes souvenirs d’il y a 12 ans. C’était vraiment spectaculaire ! Je remercie sincèrement l’association d’avoir organisé ces ateliers et j’espère que d’autres personnes pourront continuer à en bénéficier. »

Aujourd'hui, même si la repigmentation complète n’est pas encore à l’ordre du jour et possible dans 100 % des cas, les traitements permettent des résultats qui peuvent être jugés satisfaisant par de nombreux malades. 

Dans un entretien accordé à Paris Match , le Professeur Thierry Passeron aborde le dispositif d’auto greffe mélanocytaire et les préconisations d’usage. Il revient aussi sur les différents types de traitements actuellement disponibles pour traiter le vitiligo. 

"Elle consiste à utiliser un kit, agréé par les autorités de santé, qui permet la réalisation d’une greffe de cellules de peau dans les cabinets de dermatologie. Plus besoin d’un laboratoire : le kit contient tout le matériel nécessaire à la procédure.  On effectue d’abord un prélèvement superficiel de peau sur la fesse ou le pubis, que l’on dépose dans une boîte stérile. Puis le médecin verse le contenu d’une ampoule déjà préparée, destinée à séparer les cellules cutanées. Il poursuit son intervention avec les éléments “prêts à servir”. Ensuite, le plus souvent à l’aide d’un laser, il va dermabraser la zone à greffer et y déposer la solution contenant les mélanocytes qui vont repigmenter la plaque de vitiligo. Cette greffe, effectuée sous anesthésie locale, n’est pas douloureuse. Le risque de cicatrice est très rare" explique le médecin.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page