By jeanmarcmorandini.com
Santé

Une activité physique intensive bloquerait la croissance des tumeurs cancéreuses


0

Selon une étude de l' Université de Copenhague et de l'hôpital de Herlev, une activité physique intensive bloquerait la croissance des tumeurs cancéreuses.

La pratique d'une activité physique intense bloquerait la croissance des tumeurs. Les tests consistaient à faire courir régulièrement des souris porteuses de cellules cancéreuses (4km par jour pendant plusieurs semaines).

 

Résultats : Chez les individus concernés, les tumeurs étaient réduites de plus de moitié (de 50% à 60%) pour différents types de cancer.

Toutefois, ils sont plus encourageants dans le cas de tumeurs du foie, des poumons ou de mélanomes, des pathologies plus facilement identifiées par les cellules immunitaires.

 

Lorsque l'on fait du sport,  une hormone est sécrétée par le système nerveux central et les glandes surrénales. L 'adrénaline (ou épinéphrine)  est notamment stimulée par l'activation des muscles (ou par une situation de stress).Cette dernière  provoque l'afflux de cellules immunitaires dans le sang : des cellules tueuses dites «Natural Killer» (NK), qui parviennent ensuite à s'infiltrer en nombre dans les cellules tumorales.

L'étude révèle que les muscles au travail génèrent la sécrétion d'un composé, l'interleukine 6 (notée IL-6), qui permet une meilleure redistribution des cellules NK et qui favorise leur introduction au sein des tumeurs pour procéder à leur destruction.

L'effort physique fourni doit en revanche être suffisamment long et intense (de 20 à 60 minutes selon les individus).

Pernille Højman, co auteur de l'étude précise que les personnes les plus sportives mettront plus de temps à produire de l'IL-6, car leur organisme est trop habitué à l'effort. 

Bien que cette recherche soit pleine d'espoir pour les patients qui cherchent des moyens peu coûteux pour gérer leur cancer, il reste à apprendre les effets de l'exercice sur les métastases et leur longévité mais aussi la validité des observations chez les humains. Hojman veut également étudier l'impact combiné des traitements anti-cancéreux et de l'exercice sur les tumeurs.

«Comme quelqu'un qui travaille dans le domaine de l'exercice et de l'oncologie, l'une des principales questions posées par les patients cancéreux est: comment dois-je exercer  ?Pouvons-nous faire quoi que ce soit?"

"Bien qu'il ait été difficile de conseiller les gens sur l'intensité à laquelle ils doivent faire du sport, nos données suggèrent qu'il pourrait être bénéfique de faire l'exercice à une intensité assez élevée pour provoquer une bonne poussée d'adrénaline et donc de recruter des cellules NK."


Un joggeur américain interrogé à la télévision... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page