By jeanmarcmorandini.com
Forme

Les femmes qui vivaient il y a 7.000 ans en Europe centrale avaient des bras plus puissants que les championnes d'aviron d'aujourd'hui


0

Les femmes qui vivaient il y a plus de 7.000 ans en Europe centrale avaient des bras plus puissants que les championnes d'aviron d'aujourd'hui, révélant leur participation active aux durs travaux agricoles de l'époque néolithique, selon une étude publiée mercredi.

Des chercheurs de l'université de Cambridge estiment que la force physique de ces femmes résultait probablement de leur travail, à la seule force du poignet, pour labourer le sol et récolter les céréales puis faire de la farine en broyant des graines à l'aide de meules en pierre.

Pour leurs travaux publiés dans Science Advances, les scientifiques ont analysé l'humérus (l'os du bras situé entre l'épaule et le coude) ainsi que le tibia (l'os du bas de la jambe) de 45 femmes contemporaines jouant au football, faisant de la course à pied et de l'aviron. Ils ont ensuite analysé ceux d'un groupe de femmes au mode de vie plus sédentaire.

Si la force osseuse de leur tibia est similaire à celle des championnes d'aviron universitaires d'aujourd'hui, leur humérus était en revanche de 11 à 16% plus puissant que chez ces rameuses, et près de 30% plus fort que parmi les autres étudiantes de Cambridge. Le surdéveloppement de la partie supérieure des bras était encore plus marqué chez les femmes de l'âge du bronze (il y a entre 4.300 et 3.500 ans) dont les humérus étaient de 9 à 13% plus solides que ceux des rameuses de Cambridge. Mais leur tibia étaient 12% plus faibles que chez ces athlètes. L'explication possible passe par le broyage des graines de céréales avec de lourdes meules de pierre.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page