By jeanmarcmorandini.com
Santé

Légionellose: Sept morts en 15 jours à New York de patients victimes de cette bactérie présente dans les climatisations


0

Sept personnes sont mortes à New York de la maladie du légionnaire depuis la mi-juillet, et 64 ont été hospitalisées, selon des informations publiées aujourd'hui par les autorités sanitaires.

Un total de 81 personnes ont contracté cette forme de pneumonie, due à une bactérie retrouvée dans les systèmes de climatisation de plusieurs immeubles dans le sud du Bronx, selon la même source.

Le précédent bilan faisait état de quatre morts et 55 personnes hospitalisées.

Les personnes décédées étaient toutes d'un certain âge, et avaient toutes des problèmes médicaux, ont encore précisé les autorités.

La mairie a annoncé qu'elle allait à nouveau tester aujourd'hui cinq systèmes de climatisation, qui avaient été désinfectés après avoir montré l'existence de la bactérie, dont celui de l'hôpital Lincoln et d'un hôtel.

Elle a répété que l'approvisionnement d'eau potable à New York, les fontaines et les piscines n'étaient «pas affectées par la légionellose».

La bactérie L. pneumophila a été identifiée pour la première fois en 1977 comme étant la cause de cas de pneumonie sévère dans un centre de congrès aux États-Unis d’Amérique en 1976.

La voie la plus courante de transmission passe par l’inhalation d’aérosols contaminés, produits en conjonction avec des pulvérisations, jets ou nébulisations d’eau.

L’infection peut également survenir par aspiration d’eau contaminée, en particulier chez les patients sensibles dans les hôpitaux.

La maladie des légionnaires a une durée d’incubation de 2 à 10 jours (pouvant atteindre 16 jours, comme cela a été enregistré lors de flambées récentes bien documentées).

Le décès survient à cause de la pneumonie évolutive entraînant une insuffisance respiratoire et/ou un état de choc et une insuffisance polyviscérale.

En l’absence de traitement, la maladie des légionnaires s’aggrave généralement au cours de la première semaine.

Sur l’ensemble des cas notifiés, 75 à 80% ont plus de 50 ans et 60 à 70% sont des hommes.

On ne dispose pas pour l’instant de vaccin contre la légionellose.

Les patients atteints d’une forme non pulmonaire n’ont pas besoin de traitement antibiotique et la prise en charge des symptômes est suffisante.

La maladie des légionnaires impose toujours un traitement antibiotique, suivi d’une confirmation du diagnostic par un laboratoire.

La menace que pose la légionellose pour la santé publique peut être combattue par les autorités responsables de la sécurité des bâtiments ou des systèmes d’eau en mettant en œuvre des plans pour la salubrité de l’eau.

Ces plans doivent être spécifiques à ces domaines et déboucher sur l’introduction et la surveillance régulière de mesures de lutte contre les risques qui ont été identifiés, parmi lesquels Legionella.

Bien qu’il soit impossible d’éradiquer la source de l’infection, il est possible de réduire sensiblement les risques.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page