By jeanmarcmorandini.com
Santé

Selon une étude américaine, les grasses matinées sont mauvaises pour la santé !


0

Selon une étude américaine relayé par Top Santé , les grasses matinées, c'est mauvais pour la santé ! Avoir un rythme de sommeil irrégulier augmenterait les risques de développer un diabète de type 2 et favoriserait les maladies cardiovasculaires. Nombreux sont ceux qui aiment se prélasser au lit le week-end, pourtant les chercheurs préconisent pour rester en bonne santé de se coucher et se lever tous les jours à la même heure y compris le week-end ! 

L'étude publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism réalisée par des chercheurs de l’université de Pittsburg en Pennsylvanie intitulée « Adult Health and Behavior Project » a recensé 447 américains âgés de 30 à 54 ans, et travaillant au moins 25 heures par semaine. Les participants ont porté un bracelet pour étudier leur mouvement et leur sommeil et ont rempli des questionnaires concernant leurs habitudes alimentaires et leurs pratiques d'exercices physiques.  Résultat: l'étude affirme qu'un sommeil perturbé est à l'origine de l'apparition de maladies comme le diabète et l'obésité, même chez des personnes sans problèmes de santé.  Ce décalage horaire social (appelé "social jetlag" par les chercheurs) persistait, même après l'ajustement d'autres variables liées au sommeil et habitudes de vie, telles que l'activité physique ou l'apport calorique. "Le décalage horaire social se réfère à l'inadéquation entre le rythme circadien biologique individuel et l'emploi du  temps de sommeil  socialement imposé", analyse Patricia M.Wong.

Pendant leurs jours de congé, 85% d'entre eux ont choisi de se lever plus tard que d'habitude, 15% plus tôt. Et les résultats montrent que ceux qui ont subi les plus grandes variations dans leur rythme de sommeil étaient celles qui enregistraient le plus mauvais taux de cholestérol, les plus forts taux de résistance à l'insuline et un tour de taille plus important. En d'autres termes, plus les heures de lever et de coucher varient selon les jours de congé et les jours travaillés, plus les risques pour la santé augmentent.  "Notre étude est toutefois la première étude à aller au-delà de ce travail et à montrer que, même parmi des adultes travaillant, en bonne santé et éprouvant un moindre éventail d'inadéquation dans leurs habitudes de sommeil, le décalage horaire social peut contribuer à des problèmes du métabolisme. Ces modifications métaboliques peuvent contribuer au développement de l'obésité, du diabète et des maladies cardiovasculaires."

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page