By jeanmarcmorandini.com
Forme

Découvrez les blessures les plus fréquentes liées à la pratique du sport ! Comment les prévenir ou les guérir ? Notre coach sportif vous répond!


0

Découvrez  les blessures les plus fréquentes liées à la pratique du sport ! Comment les prévenir ou les guérir ? Notre coach sportif Damien Depretz vous répond!

La tendinite est une inflammation d’un tendon (bout du muscle qui s’attache à l’os)  ou de la gaine qui l’entoure. La tendinite donne une sensation de « brulure ». Mouvements répétitifs ou mal exécutés, efforts trop intenses, échauffement insuffisant, utilisation d’un matériel inadapté sont les principales c auses de l’inflammation du  tendon.  Pour guérir d’une tendinite, un repos sportif total d'au moins 15 jours est nécessaire. L’électrothérapie, les ondes de choc, la cryothérapie et la chirurgie sont les traitements utilisés pour aider à la cicatrisation du tendon. 

La fracture de fatigue ou « fatigue de stress » n’est pas une fracture comme celle rencontrée lors d’un choc violent. Il s’agit plutôt d’une microfissure de l’os provoquée par des contraintes importantes et des chocs répétés. Cette blessure se manifeste le plus souvent chez les coureurs à pied  et intervient lorsqu’un os et trop ou mal sollicité (le plus souvent au niveau du tibia, du péroné et des métatarses (avant-pied)). Elle est due à une charge d’entrainement importante ou lorsque les baskets sont usées ou inadaptées. Faire une scintigraphie osseuse permet de détecter avec précision la fracture de fatigue. Le traitement principal est la mise au repos complet du sportif.

La périostite tibiale est l’inflammation de la membrane externe qui enveloppe l’os du tibia. Elle est relativement fréquente chez le coureur à pied  à cause des chocs répétés et lorsque le tibia est trop sollicité. La douleur est localisée sur la face de la jambe, au niveau du tiers inférieur de la crête du tibia. La périostite tibiale peut survenir en début de saison à la reprise des entrainements, elle peut être du aussi à l’accumulation des kilomètres (ex : marathon) et à l’utilisation de baskets usées ou inadaptées. Le traitement principal est la mise au repos. La physiothérapie (ultra-sons et laser) contribue également à diminuer l’inflammation et la douleur. 

L’élongation musculaire (blessure plus légère qu'un claquage ou qu’une déchirure) est une micro déchirure musculaire qui apparaît durant l’effort (effort musculaire trop important, dépassement de l’élasticité musculaire). La douleur peut être localisée avec précision. Pour traiter une élongation il faut un peu de repos, mettre de la glace sur la zone douloureuse pendant 20 à 30 minutes (matin et soir). Selon l’intensité de la douleur, les antalgiques et les anti-inflammatoires permettent de la réduire.

Contrairement au claquage, la déchirure musculaire concerne un faisceau musculaire complet (partie entière du muscle qui est coupée). La douleur musculaire engendrée est intense, brutale et soudaine «  comme un coup de poignard ». Elle impose l'arrêt instantané de l'activité. Une déchirure peut être du à un manque de souplesse, à une blessure mal soignée, à une importante fatigue musculaire, à un mauvais échauffement ou à un geste brutal. Les ischio-jambiers (à l'arrière de la cuisse), sont les plus souvent touchés. Pour traiter une déchirure musculaire il faut obligatoirement du repos, mettre de la glace (10 minutes toutes les heures) afin d’endormir la douleur et de resserrer les vaisseaux sanguins, et de faire un bandage compressant sur la zone endolorie.

Le claquage musculaire est une déchirure de quelques fibres musculaires seulement. Ces fibres se rompent lorsqu’elles dépassent leurs capacités élastiques. Le claquage survient au cours d'un effort musculaire intense (ex : démarrage brutal). Les mollets, les quadriceps (cuisses), les ischio-jambiers (derrière les cuisses) sont  les muscles les plus sujets aux claquages. Le claquage se reconnaît par l’aspect difforme du muscle, par un hématome (bleu) et par un hématome intramusculaire (pas nécessairement visible à l'œil nu). Pour traiter un claquage il faut  du  repos (arrêt immédiat de l’activité sportive), appliquer de la glace plusieurs fois par jour, passer une échographie afin d’évaluer la gravité.

L’entorse de la cheville est la lésion d'un ou plusieurs ligaments qui entourent l'articulation de la cheville. La lésion va d'un simple étirement (entorse bénigne) à la rupture complète (entorse grave), en passant par la déchirure de quelques faisceaux (entorse de gravité moyenne) et la fracture associée (arrachement osseux le plus souvent). Le traitement principal est l’immobilisation (2 à 3 semaines) soit à l’aide d’un strapping, d’un bandage, d’une attelle ou d’un plâtre (selon la gravité de l’entorse).  

L'ongle noir ou « hématome sous-unguéal » est un saignement situé sous l’ongle causé par un frottement répétés au bout de la basket. Des baskets inadaptées (trop petite ou trop étroite) sont le plus souvent à l’origine de l’ongle noir. Pour le soigner et le faire disparaitre, il faut percer l’ongle par un ou deux trous afin que le sang s’évacue. Pour ce faire, chauffez à l’aide d’un briquet le bout d’une aiguille ou d’un trombone puis percez l’ongle jusqu’à ce que le sang s’évacue.  

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page