By jeanmarcmorandini.com
Santé

La "méthode mère kangourou" (MMK) permet la réduction de la mortalité de 36% des prématurés


0

Selon une étude de Harvard T.H. Chan School of Public Health et du Boston Children's Hospital la pratique dite 'méthode mère kangourou' (MMK) influe sur la  santé  des nouveaux-nés aux premiers jours de leurs vies.

Cette méthode a été «découverte» par nécessité il y a environ 30 ans, dans un hôpital à Bogota, en Colombie, qui n'avait pas assez d'incubateurs pour accueillir tous ses bébés nés prématurément. Les médecins avaient demandé aux parents de tenir leurs enfants peau contre peau.

L 'équipe de chercheurs s'est penchée sur 124 études publiées entre 2000 et 2014. 

Les scientifiques ont observé la réduction de la mortalité la plus significative dans les cas situés entre la prematurité et la naissance. Chez les nouveaux-nés pesant moins de 2000 grammes et ayant bénéficié de la MMK, on observe une réduction de la mortalité de 36%. Le risque d'infection majeure, comme la septicémie, est réduit de 47%.

Les bébés nés à terme et dont le poids à la naissance est plus élevé y trouvent également des avantages. Ceux qui ont bénéficié de la méthode MMK affichent des taux plus élevés d'oxygène, une meilleure régulation de la température corporelle et un accroissement de la circonférence de la  tête .

"Si la MMK ou peau-contre-peau s'avère particulièrement utile pour les bébés nés en sous-poids là où les ressources médicales sont limitées, les pays développés et en voie de développement travaillent à la 'démocratisation' de la pratique, bénéfique à tous les nouveaux-nés et leurs mères", commente l'auteure principale Grace Chan. 

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page