By jeanmarcmorandini.com
Santé

Obésité infantile: 70 millions de nourrissons et jeunes enfants pourraient être touchés par le surpoids d'ici 2025


0

L'Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d'alarme. Une enquête a été menée pendant deux ans dans 100 pays. Le constat est sans appel: L 'obésité chez les enfants de moins de 5 ans atteint des taux « alarmants » et est devenu« un cauchemar explosif » dans les pays en développement, en particulier en Afrique, où le taux a doublé depuis 1990, a averti lundi l'OMS. Le rapport souligne que dans les pays riches, les enfants issus de familles pauvres ont plus de probabilités d'être obèses, en raison notamment du prix bon marché de la nourriture fast-food à haute teneur en sucre.

En revanche, dans les pays pauvres, les enfants de familles aisées sont davantage exposés au risque d' obésité , en particulier dans les pays où « culturellement, un enfant en surpoids est souvent signe de bonne santé », indique le rapport. Les auteurs du rapport, membres de la Commission sur la fin de l'obésité infantile de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), soulignent que pendant longtemps, ce phénomène n'a pas été vu comme une question de santé majeure et était même considéré par certains comme le résultat d'un comportement choisi au sein de la famille. L’obésité est définie comme une accumulation anormale ou excessive de graisse qui risque de nuire à la santé.

Chez les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans, l’obésité est évaluée selon les normes OMS de croissance de l’enfant (poids pour la longueur, poids pour la taille) et les normes OMS de croissance de 5 à 19 ans (indice de masse corporelle pour l’âge). Les nourrissons et les enfants obèses ont toutes les chances de le rester à l’âge adulte et seront plus enclins à développer diverses pathologies à l’âge adulte, à savoir:des maladies cardiovasculaires; la résistance à l’insuline (qui est souvent le signe avant-coureur d’un diabète imminent); des troubles musculosquelettiques (notamment l’ostéoarthrite); maladie dégénérative des articulations hautement incapacitante; certains cancers (endomètre, sein et côlon); des incapacités. Le nombre de nourrissons et de jeunes enfants (de 0 à 5 ans) en surpoids ou obèses dans le monde s’est accru, passant de 32 millions en 1990 à 42 millions en 2013. Rien que dans la Région africaine de l’OMS, le nombre d’enfants en surpoids ou obèses est passé de 4 à 9 millions au cours de la même période. Dans les pays en développement à économie émergente (classés par la Banque mondiale comme pays à revenu faible ou intermédiaire), la prévalence du surpoids et de l’obésité infantile chez les enfants d’âge préscolaire est supérieure de 30%. Si la tendance actuelle se poursuit, le nombre de nourrissons et de jeunes enfants en surpoids atteindra 70 millions à l’horizon 2025.

Faute d’intervention, les nourrissons et les jeunes enfants obèses le resteront vraisemblablement pendant leur enfance, leur adolescence et à l’âge adulte. L’obésité infantile est liée à toute une série de complications sanitaires graves et à un risque accru d’apparition précoce de maladies, dont le diabète et les cardiopathies. L’allaitement exclusif au sein jusqu’ à l’âge de six mois est un bon moyen d’empêcher les nourrissons de devenir obèses.

Des facteurs biologiques, un accès inadapté à une alimentation équilibrée, une baisse de l'activité physique dans les établissements scolaires et la non règlementation du commerce des produits faisant grossir figurent parmi les causes d'une aggravation de l'épidémie, qui exige une réponse coordonnée globale, estime le rapport. Si rien n'est fait, « l'épidémie d'obésité pourrait réduire à néant les nombreux progrès en matière de santé qui ont contribué à l'allongement de la durée de vie dans le monde », met en garde la commission.

M. Gluckman a reconnu que les recommandations mentionnées dans le rapport peuvent sembler découler du simple bon sens: promotion de bonnes habitudes alimentaires, exercice physique, suivi psychologique des jeunes obèses. Mais comme le soulignent les auteurs, ces principes de bon sens n'ont pas été suffisamment mis en pratique par les gouvernements et le nombre d'enfants en surpoids est passé de 31 millions en 1990 à 41 millions en 2014. « Jusqu'à ce jour, les progrès dans la lutte contre l'obésité infantile ont été lents et irréguliers », indiquent-ils.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page