By jeanmarcmorandini.com
Santé

Les rêveurs auraient plus tendance à prendre du poids que les autres


0

 Selon une étude du Enhanced Nathan Kline Institute - Rockland Sample    publiée dans la revue  Heliyon , les personnes rêveuses auraient plus tendance à prendre du poids que les autres. 

«Les adultes, et en particulier les enfants, ont tendance à manger plus. C'est super d'un point de vue évolutif - ils ont besoin de nourriture pour croître et survivre. Mais dans le monde d'aujourd'hui, où des aliments denses en matière énergétique se trouvent rapidement et partout, c'est exposer les enfants à un risque d'obésité », a expliqué le docteur Kevin Niswender co-auteur de la recherche.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysé des données sur 38 enfants âgés de 8 à 13 ans dont cinq étaient obèses et six en surpoids. "Nous voulions examiner la façon dont le cerveau des enfants fonctionnent plus en détail afin que nous puissions mieux comprendre ce qui se passe sur le plan neurologique chez les enfants qui sont obèses." a expliqué l'auteur principal Bettyann Chodkowski. Ces dernier ont répondu à un questionnaire  sur leurs habitudes alimentaires  et ont également passé des IRM du cerveau.

Trois zones du cerveau ont été associées aux habitudes alimentaires et au poids. Le lobe pariétal inférieur est lié à l'inhibition et est capable de passer outre une réponse automatique, comme manger. Le pôle frontal est lié à un comportement impulsif, tandis que le noyau accumbens est axé sur la récompense.  Les comportements alimentaires malsains peuvent être associés à un déséquilibre entre les connexions dans le cerveau qui contrôlent l'inhibition et l'impulsion.

En observant les enfants qui mangeaient le plus, ils ont découvert que la partie du cerveau liée à l'impulsivité était plus importante que celle liée à l'inhibition. Au contraire, pour les enfants ayant un rapport plus mesuré avec la nourriture, la partie du cerveau jouant sur l'inhibition était plus forte que la partie de l'impulsivité.

Selon les chercheurs, pour contrer cet effet, il faudrait apprendre aux enfants, dès un très jeune âge, à être attentif. Cela pourrait permettre de «remédier au déséquilibre dans les connexions du cerveau associées à l'obésité infantile» a précisé le docteur Ronald Cowan, de la Vanderbilt University.

 

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page