By jeanmarcmorandini.com
Santé

Les hormones de stress entraînent des changements épigénétiques dans le sperme


0

Des scientifiques de la Jiao Tong University School of Medicine de Shanghai  ont découvert que les hormones de stress entraînent des changements épigénétiques dans le sperme. L ’hormone liée au stress affecterait les niveaux de glycémie chez les souris mâles et résultats pourraient s’appliquer aux humains .

Les rongeurs ont été poussés au stress en restant enfermés dans des tubes deux heures par jour pendant deux semaines. Si les niveaux de glucose des souris étaient normaux, leur niveau de glucocorticoïde , l’hormone du stress, a augmenté dans le sang et les  animaux ont aussi pris du poids.

Les cobayes ont ensuite été accouplés avec des souris femelles qui n'ont pas été confinées. Leur progéniture a eu des niveaux plus élevés de glucose que la normale.

« Nous sommes très intéressés par la manière dont les changements de comportements affectent l’homéostasie du glucose, a confié le professeur Xiaoying Li. Des études épidémiologiques ont démontré un lien entre le stress psychologique et l’incidence du diabète. Nous sommes curieux de savoir comment cet effet peut se transmettre entre générations. »

Les niveaux supérieurs de glycémie ont été trouvés dans le gène Sfmbt2. Lorsque la souris était gardée dans un tube, les glucocorticoïdes en plus ont créé plus de groupes méthyles dans le gène Sfmbt2 dans le sperme des souris. Cependant, lorsqu’on injectait à la souris une molécule qui tempérait l’effet des glucocorticoïdes, le gène Sfmbt2 ne créait pas plus de groupes méthyles, et les niveaux de glycémie n’étaient pas affectés.

Bien que l'étude a porté sur des souris, les chercheurs estiment que ces résultats peuvent s'appliquer aussi à l'homme.

 L’étude a été publiée dans le journal Cell Metabolism.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page