By jeanmarcmorandini.com
Santé

Nos smartphones nous font perdre la mémoire mais nous rendent créatifs !


0

Nos smartphones nous font perdre la mémoire mais nous rendent créatifs indique un communiqué.

46% des professionnels considèrent être moins créatifs s'ils doivent retenir beaucoup de détails ;

63% estiment que certaines de leurs meilleures idées ont été rendues possibles par la re-découverte d'informations stockées surun appareil puis oubliées.

Oublions le vieil adage qui veut que les femmes aient l’avantage de pouvoir réaliser plusieurs choses à la fois. Réalisée en partenariat avec L'University College of London, la 2ème édition de l'étude inédite dédiée à l'Amnésie Digitale de Kaspersky Lab, société leader en cybersécurité, révèle que nous surestimons tous notre capacité à être « multitâche ».

Alors que nous pensons pouvoir prendre des notes et écouter en même temps, notre cerveau prouve le contraire. Selon cette étude, il serait même vital de confier ses informations à des appareils afin de stimuler notre créativité dans un monde où le trop-plein de données réduit notre capacité à assimiler de nouvelles idées.

C’est ainsi que l’amnésie numérique - un léger barbarisme scientifique qui caractérise le fait d’oublier les informations confiées à un appareil numérique - peut avoir de sérieuses conséquences au travail.

Plus nous oublions, plus nous sommes créatifs

L’étude Kaspersky Lab révèle que l’utilisation de smartphones, de tablettes et d’ordinateurs portables afin d’« externaliser » certains de nos souvenirs les plus terre-à-terre peut contribuer à remédier à une panne d’inspiration 46 % des professionnels interrogés voient leur créativité diminuer au fur et à mesure qu'ils doivent retenir des informations ou des détails ; 3/4 d’entre eux pensent que cela vaut la peine de conserver tous ces détails car ils recèlent les germes de la créativité future ; 61 % affirment être plus créatifs lorsque la pression de se rappeler les informations importantes est atténuée par leur stockage sur un appareil numérique ; 45 % pensent que c’est une perte d’énergie que de retenir des informations alors qu’un appareil peut le faire à leur place ; 63 % estiment que certaines de leurs meilleures idées leurs sont venues par la redécouverte d’informations qu’ils avaient enregistrées sur un appareil puis oubliées.

Les appareils numériques peuvent nous entendre.. .

L’étude révèle que de nombreux professionnels sont prêts à sacrifier l’écoute active pour une prise de notes rapide, en temps réel, au cours d’une réunion ou d’une présentation : 46 %, soit près de la moitié d’entre eux, croient dur comme fer que la précision factuelle des notes saisies et enregistrées importe plus que les nuances de la conversation ; Et deux tiers (67 %) ajoutent que des notes prises sous forme numérique peuvent être sauvegardées et partagées, ce qui vaut mieux que de s’en remettre aux seuls souvenirs d’une personne. ... mais pas nous écouter.

Cette étude nous rappelle que les équipements et les êtres humains sont plus efficaces lorsqu’ils travaillent en tandem, les premiers pour enregistrer les faits, les seconds pour saisir les émotions qui leur donnent un sens : des professionnels admettent que la saisie de notes sur un appareil numérique les prive de précieuses indications contextuelles, émotionnelles ou comportementales qui sont vitales pour éviter tout malentendu ; tandis que 13 % avouent avoir déjà égaré l’enregistrement d’une conversation et se trouver dans l’incapacité de se rappeler d’un seul mot.

"Tu ne retiens que ce que tu veux bien !" Il est toujours plus facile de retenir ce qui nous intéresse et c’est d’autant plus le cas dans le milieu professionnel car notre mémoire est limitée. Il est également plus facile de noter des informations que nous ne connaissons ou ne comprenons pas pour pouvoir les ré-étudier.

Cependant, confier exclusivement le compte rendu d’une conversation à la mémoire d’un appareil numérique représente des risques. En cas de perde ou de vol, il peut n'en rester aucune trace.

La protection de tous les équipements utilisés afin de seconder notre mémoire et notre compréhension doit être une priorité pour tous, que ce soit les particuliers ou les entreprises de toutes tailles et dans tous les secteurs d’activités.

L'analyse de Laurence Allard, Maître de conférences, Sociologue des usages innovants à l'Université Lille 3/IRCAV-Paris 3 "La créativité est nourrie par l'oubli que stimule l’extériorisation de la mémoire vers des supports numériques. Utilisés à bon escient, ces supports numériques font office de stocks d'informations pouvant enrichir la créativité. Cependant, de par sa nature paradoxale, dans cette tension entre créativité et oubli, l'amnésie digitale peut également s'avérer problématique dans les situations de travail."

Et de conclure: "Si l'amnésie digitale peut permettre aux individus de se concentrer sur leur créativité, elle peut créer de l'inattention interactionnelle pouvant nuire aux relations de travail. Entre oubli et créativité, concentration et inattention, l'amnésie digitale démontre donc ses failles. Des failles qui, in fine, peuvent s'avérer béantes, si ces supports numériques dans lesquels les professionnels croient pouvoir puiser en toute confiance ne sont pas, à leur tour, sécurisés."


Voici comment envoyer votre ordonnance, sur l... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page