By jeanmarcmorandini.com
Santé

Prévention: Jeremy Swift inverse les rôles père-fils pour parler du dépistage du cancer de la prostate


0

Diffusé par l'ONG  Prostate cancer UK , qui a fait appel à  Jeremy Swift, qui incarne le majordome Septimus Spratt dans la fameuse série britannique Downton Abbey,  ce spot de sensibilisation incite les hommes de plus de cinquante ans à aller se faire dépister .

La précocité du diagnostic est primordiale. C'est pourquoi il est recommandé que les membres d'une famille "à risque", dont l'un aurait par exemple déjà contracté un cancer de la prostate, se fassent dépister dès 45 ans indique le Hufifngtonpost .


Prévention: Jeremy Swift renverse les rôles... par morandini

"Je vais faire un golf avec Dave"

"Viens t'asseoir une seconde. Ça fait longtemps qu'on a pas eu une discussion père-fils. Tu vieillis. Je suis sûr que tu te sens différent. Et c'est parce que ton corps subit de gros changements. C'est tout à fait normal pour un homme de ton âge. Est)ce que tu sais ce qu'est la prostate ? Ne lève pas les yeux au ciel. Écoute, quand tu fais l'amour avec maman... Ta prostate c'est la chose qui...fais ton liquide ...et su tu attrapes le cancer, on devra peut être te l'enlever. To petit soldat en bas risque d'avoir du mal çà tirer. Et ce n'est même pas le pire, tu pourrais mourir."

En France, Faut-il faire un dépistage du cancer de la prostate ? Les deux tiers des médecins généralistes déclarent recommander systématiquement un dépistage du cancer de la prostate à leurs patients âgés de 50 à 75 ans. Les données du régime général de l’Assurance maladie vont en ce sens et indiquent que les trois quarts des hommes âgés de 50 à 69 ans ont réalisé au moins un dosage de PSA au cours des trois dernières années. Il ne s’agit donc pas d’une démarche au cas par cas, mais d’une pratique qui a un aspect systématique et qui doit être abordée comme telle.

« Pour nous, ce dépistage présente plus d’inconvénients que de bénéfices. Mais l’essentiel est de bien informer les hommes pour qu’ils prennent une décision éclairée », indique ainsi Frédéric de Bels, en charge du dépistage à l’Institut national du cancer (Inca).

Chaque année, on recense 57 000 cas de cancer de la prostate et environ 8 900 décès. Les trois quarts d’entre eux ont lieu après 75 ans. 

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page