By jeanmarcmorandini.com
Santé

Selon un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, le travail de nuit, nuit à la santé !


5

Dans un rapport publié par un groupe d'experts mandaté par l 'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), le travail de nuit influerait sur les facteurs de risques psychosociaux et les troubles du sommeil, qui à leur tour pourraient augmenter les risques de troubles mentaux", Le rapport conclut "à un effet probable du travail de nuit sur le risque de cancer", en particulier du sein, mais aussi sur la prise de poids, les performances cognitives ou encore la santé psychique. Il préconise "d'évaluer les coûts sociaux" liés au t ravail de nuit et de le comparer aux "bénéfices potentiels".

Dans ses conclusions, l’Agence estime que le recours au travail de nuit peut se justifier pour des situations nécessitant d’assurer les services d’utilité sociale ou la continuité de l’activité économique. Elle préconise cependant l’optimisation des modes d’organisation du travail de nuit, afin d’en minimiser les impacts sur la vie professionnelle et personnelle des salariés. Elle souligne que tout ce qui réduit la désynchronisation des rythmes biologiques et la dette de sommeil est a priori favorable. Des recommandations organisationnelles précises, qui ne font pas toutes l’objet d’un consensus scientifique, doivent également être étudiées collectivement dans les instances de dialogue social appropriées.

Les résultats de cette expertise ont vocation à éclairer utilement ces discussions, tout comme celles qui seront issues du projet de loi visant à instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actif-ve-s actuellement en cours d’examen au Parlement. Le recours au travail de nuit "doit rester exceptionnel" comme l'exige le Code du travail, rappelle l'Anses. Or, il a "presque doublé en vingt ans", jusqu'à concerner "15,4% des salariés, soit 3,5 millions de personnes" en 2012. Les conclusions de cette expertise confirment les risques pour la santé liés au travail de nuit.

Celui-ci est en effet susceptible de générer des effets sur la santé des travailleurs du fait de perturbations des rythmes biologiques. Lors du travail de nuit, il se produit une désynchronisation entre les rythmes circadiens calés sur un horaire de jour et le nouveau cycle activité-repos/veille-sommeil imposé par le travail de nuit.

Cette désynchronisation est aussi favorisée par des conditions environnementales peu propices au sommeil : lumière du jour pendant le repos, température en journée plus élevée qu’habituellement la nuit, niveau de bruit plus élevé dans la journée, rythme social et obligations familiales.


Santé connectée: Le capteur cardiaque de votre... από morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page