By jeanmarcmorandini.com
Santé

Voici comment le lobby du sucre truquait les études pour rejeter la faute sur le gras


0

Voici comment le lobby du sucre truquait les études pour rejeter la faute sur le gras. 

Le magazine médical JAMA Internal Medicine révèle des rapports découverts par d es chercheurs  dans lesquels, des scientifiques auraient été payés pour dire que le sucre était loin d'être responsable des maladies cardio-vasculaires. 

En 1964, trois scientifiques de Harvard auraient reçu 6 500 dollars chacun pour changer leurs conclusions.

"Ils ont réussi à faire dérailler la discussion sur le sucre pendant des décennies», a déclaré Stanton Glantz , professeur de médecine à l'UCSF et auteur du papier publié par JAMA Internal Medicine.

Les documents montrent qu'un groupe d'entreprises a demandé à la Fondation de recherche sur le sucre( SRF), connue aujourd'hui comme l'Association du sucre, à payer trois scientifiques de Harvard pour publier une étude dans laquelle ils ont incriminé les aliments gras. Leurs conclusions ont été publiées dans le prestigieux magazine New England Journal of Medicine . Ils préconisaient de réduire le cholestérol et dénigré le rôle des graisses saturées.

Même si le trafic d'influence révélé dans les documents remonte à près de 50 ans, des rapports plus récents montrent que l'industrie alimentaire a continué d'influer la science sur la nutrition.

L' année dernière,  un article paru dans le New York Times  a révélé que Coca-Cola, le plus grand producteur mondial de boissons sucrées, avait fourni des millions de dollars pour financer des chercheurs qui ont cherché à minimiser le lien entre les boissons sucrées et l' obésité .

En Juin, l'Associated Press a rapporté que les fabricants de bonbons ont financé des études qui ont prétendu que les enfants qui mangeaient des bonbons avaient tendance à peser moins que ceux qui n'en mangeaient pas !

« Notre étude est importante parce que le débat sur les méfaits du sucre et des graisses saturées continue aujourd'hui. Cette étude a étouffé le débat sur le sucre et les maladies vasculaires et, dans le même temps, les régimes à faible teneur en matières grasses ont gagné l'adhésion des autorités sanitaires » affirme dans les pages du   New York Times   Stanton Glantz , coauteur du rapport.

Et, selon lui, le message a induit en erreur de nombreuses personnes : « Cela a poussé beaucoup de gens à manger moins gras, mais plus sucré.  Selon certains experts, ce changement de régime serait à l'origine de l'épidémie d'obésité que l'on connaît actuellement. »

L'Association du sucre (ex-SRF) ne s'est pourtant pas démontée et a réagi en accusant l'un des auteurs de l'étude de vouloir s'aligner sur  « la tendance actuelle anti-sucre »,  comme le rapporte le Huffington Post.


Sucre et diabète : Les informations du docteur... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page