By jeanmarcmorandini.com
Santé

Endométriose - Enora Malagré: "Je vais me faire enlever l'utérus. A l'époque de TPMP, je faisais jusqu'à 3 fausses couches par an"


0

Énora Malagré révèle à Paris Match  qu'elle va se faire retirer l'utérus pour réduire les effets de la maladie dont elle est atteinte: l'endométriose:

"J'ai pris la décision de me faire retirer l'utérus pour lutter contre cette maladie qui me ronge. À 37 ans, c'est jeune, mais je dois avancer. À l'époque de TPMP, j'ai fait jusqu'à trois fausses couches par an: ça m'a bouffé la vie! Quand je suis en crise, je peux être HS pendant quarante-huit heures".

En mars dernier, Énora Malagré indiquait au micro d'Europe 1 être atteinte d'endométriose. L'animatrice évoquait alors déjà la possibilité de se faire retirer l'utérus mais appréhendait cette opération appelée "hystérectomie".

"J'avais des douleurs à tomber par terre et qui frôlent l'évanouissement (...) Je ne vous cache pas que psycho­lo­gique­ment parlant, ça me fait un peu peur d'en­vi­sa­ger de ne plus avoir d'uté­rus à mon âge. Déjà que c'est compliqué d'avoir des enfants, là ça serait la dépression".

Cette opération permettra à l'animatrice de ne plus avoir ses règles et donc de faire disparaître d'atroces douleurs, l'endométriose touchant principalement les femmes menstruées.

Selon le site internet EndoFrance , l’endométriose est une maladie chronique, généralement récidivante qui touche 1 femme sur 10, en âge de procréer.

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez la femme qui a de l’endométriose des cellules vont remonter et migrer via les trompes.

Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus  provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes) dans les organes colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

Elle touche potentiellement toutes les femmes réglées. Et lorsqu’on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d’avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page