By jeanmarcmorandini.com
Régime

Pour combattre le surpoids et l'obésité, il faut mieux protéger les enfants des publicités alimentaires selon des experts


0

Pour combattre le surpoids et l'obésité , qui favorisent de nombreuses maladies (diabète, cancers, maladies cardiovasculaires...), des experts recommandent de mieux protéger les enfants du marketing en faveur des "produits de mauvaise qualité nutritionnelle".

Un groupe d'experts, réuni par l'Inserm, vise en particulier les plages horaires visionnées par un grand nombre d'enfants, au-delà des seuls programmes jeunesse.

Ils suggèrent également dans un ouvrage titré "Agir sur les comportements nutritionnels", "d'interdire le recours à des techniques dotées d'un pouvoir de persuasion particulièrement fort, comme l'utilisation de porte-parole de marque (sportif, chanteur, etc.)". Comme les restrictions de la loi actuelle ne visent qu'un petit nombre de médias, voire exclusivement la télévision, le groupe d'experts propose de "limiter" également le marketing sur des supports de plus en plus plébiscités par les enfants (internet, réseaux sociaux, applications mobiles...).

En revanche, il préconise de "se servir des méthodes du marketing qui marchent très bien auprès des enfants, en utilisant des personnages de dessin animé ou des personnalités qu'ils apprécient pour faire passer des messages sanitaires" sur tous les supports (web vidéos, jeux sur mobile et tablettes, fenêtres pop-up...), relève Laurent Fleury, responsable des expertises Inserm.

A noter que selon une étude publiée par l'Organisation mondiale de la Santé et de l'Imperial College London, le nombre d'enfants et d'adolescents touchés par l'obésité a été multiplié par dix au cours des 40 dernières années! Dans ce rapport, on apprend également que le phénomène s’accélère dans les pays à faibles et moyens revenus.

Plus précisément, en 2016, 124 millions d'enfants et de jeunes de 5 à 19 ans étaient considérés comme obèses alors qu'en 1975, ils n'étaient que 11 millions.

L'étude menée par l'Organisation mondiale de la santé précise que le phénomène reste stable depuis quelques années dans les pays riches, mais augmente dans les pays à faibles revenus.

On apprend par exemple qu'en Afrique du Sud, en Egypte ou au Mexique , la proportion de filles obèses est montée à plus de 20% en 40 ans. Dans des pays d'Asie de l'Est, d'Amérique latine et dans les Caraïbes, des enfants jusque-là en sous-poids, sont devenus rapidement obèses. Les raisons de cette hausse : la malbouffe. Selon les chercheurs de l'OMS, très peu de pays disposent de programmes d'accès à des aliments sains tels que les céréales complètes et les fruits et légumes.

Dans un autre rapport, L'OCDE affirme que près d'un adulte sur cinq est obèse dans les pays de   l'OCDE   et cette tendance va s'accentuer d'ici à 2030.

Plus précisément, dans les 35 pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques, 19,5% des adultes étaient obèses en 2015, avec de fortes disparités, de 3,7% au Japon à 38% aux Etats-Unis. En France, ce taux se monte à 15%.

Ces chiffres risquent d'augmenter fortement d'ici à 2030, date à laquelle près de la moitié (47%) des adultes américains pourraient être obèses, selon des projections de l'OCDE. En France, ce taux pourrait alors atteindre 21%.


Le plus gros enfant au monde, Arya, pèse 192... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page