By jeanmarcmorandini.com
Santé

Une nouvelle étude montre un lien entre maladie parodontale et cancer du sein


0

Une étude de l’université de Buffalo i ndique qu'il y existerait un lien entre maladie parodontale et cancer du sein . Ainsi, les femmes ayant déjà souffert des gencives sont plus susceptibles de développer une tumeur.

Cette maladie d’origine infectieuse (bactéries) touche et détruit les tissus de soutien des dents (gencives et os). Elle évolue sur plusieurs dizaines d’années et peut toucher quelques dents, ou toutes les dents.

Les femmes ayant contracté cette pathologie, sont 14% fois plus susceptibles de développer un cancer du sein.  "Nous avons constaté des associations entre la maladie parodontale et les maladies chroniques, y compris les AVC et les crises cardiaques. Notre hypothèse est que ce serait également associé au cancer du sein », explique l'auteur principal de l'étude, Jo Freudenheim.  "Nous avons observé que les bactéries parodontales ont un effet sur d'autres parties du corps, y compris le tissu mammaire. Nous savons qu'il y a des bactéries dans le tissu mammaire et dans le lait maternel " ajoute t'elle.

Les scientifiques ont étudié le cas de 73.737 femmes ménopausées et enrôlées dans une étude du Women’s Health Initiative Observational Study. Aucune n’avait contracté le cancer du sein, mais 26,1% avait déjà souffert de maladie parodontale. De fait, ils ont aussi établi une corrélation avec les cancers des fumeuses.   "Jusqu'à présent, nous en savions très peu sur l'association entre une mauvaise santé buccodentaire et le cancer du sein, en particulier chez les fumeurs, qui sont plus susceptibles de contracter une maladie parodontale," insiste le Robert Genco, co-auteur  des recherches. 

7 ans après, 2124 femmes souffraient d’un cancer du sein. Ils ont alors découvert que le risque de développer la maladie est de14% chez les femmes ayant souffert de maladie des gencives. Pour les femmes qui avaient arrêté de fumer dans les 20 dernière années, le pourcentage de risque en plus s’élevait à 36%. Paradoxalement, pour celles qui fumaient et qui avait une maladie des gencives au moment de l’étude, il était de 32%, mais les scientifiques ont toutefois estimé que cela n’était pas « statistiquement signifiant ».

Pour les non fumeuses et celles qui avaient arrêté il y a plus de 20 ans, souffrant des gencives, les risques étaient de 6 et 8% respectivement. « Nous savons que les bactéries qui se développent dans la bouche des fumeurs et de ceux qui ont récemment arrêté de fumer sont différentes de ceux des non-fumeurs », a précisé le docteur Jo Freudenheim.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page