By jeanmarcmorandini.com
Santé

Côlon Day: « Attention, vous êtes peut-être assis sur un cancer »


0

« Attention, vous êtes peut-être assis sur un cancer ». Les gastro-entérologues tentent d'informer les français à l’occasion du Côlon Day , une journée nationale d’information et de prévention du cancer du côlon, qui se déroule ce mardi 1er mars. »

Une journée d'information gratuite et une campagne de communication « Sensibiliser les français à savoir évaluer leur niveau de risque est un enjeu de santé publique. Pris à temps, le cancer colorectal peut être guéri. Nous avons un objectif net : éviter à 10 000 personnes de développer un cancer.

Il y en a 40 000 cas de cancer du côlon par an, notre objectif est d'en arriver à 30 000. » explique le Dr Eric Vaillant. Bien comprendre l'intérêt de la prévention pour un meilleur taux de dépistage ! Le dépistage consiste en la recherche d'une ou de plusieurs maladies ou d'anomalies dites « à risques » chez les individus d'une population donnée. La prévention représente l'ensemble des mesures à prendre pour éviter qu'une situation ne se dégrade, qu'une maladie ne survienne.

Savoir évaluer ses risques, c'est déjà se soigner. Un slogan de campagne qui utilise volontairement l'humour pour marquer. Un site internet pour s'informer et trouver un spécialiste le plus proche avec : - Un questionnaire détaillé permettant au patient de définir son niveau de risqué ; - La liste des gastroentérologues participant à la journée ; - Des explications sur le nouveau test immunologique - Un film pédagogique sur le déroulement d'une coloscopie visant à dédramatiser l'acte et l'angoisse qu'il suscite.

Aujourd’hui encore, le dépistage de cette maladie meurtrière pourrait sauver de nombreuses vies.

Chaque année, 42 000 nouveaux cas de cancer du côlon sont déclarés et 17 500 personnes en perdent la vie, plaçant cette maladie au 3e rang des cancers les plus fréquents et parmi les plus meurtriers. Pourtant, détecté précocement, le cancer du côlon est une maladie que l’on peut prévenir. « Un dépistage précoce est crucial. Lorsqu’il est détecté tôt, le cancer du côlon peut être guéri dans 9 cas sur 10 », explique le Pr Christophe Cellier, chef du service hépato-gastro-entérologie de l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris. Pour autant, seuls 30 % des Français se font dépister régulièrement. « Les gens savent que ce cancer existe, mais ne se sentent pas concernés », regrette le Pr Cellier, citant une étude OpinionWay menée en décembre 2015 par le Conseil national professionnel d’hépato-gastro-entérologie (CNPHGE).

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page