By jeanmarcmorandini.com
Santé

Cancer: Elle perd deux seins et les remplace par un tatouage


0

À l'âge de 34 ans, Kelly Davidson est une rescapée du cancer. A 28 ans, elle a contracté un cancer du sein et a subi une double mastectomie, à 30 ans, elle a vaincu un cancer de la thyroïde. Dans le premier,les médecins lui ont enlevé les deux seins.

Cette dernière assiste alors  à un séminaire sur la chirugie reconstructive mais décide d'opter pour un tatouage à la place de la chirurgie reconstructive, «Après avoir assisté à un séminaire sur la chirurgie reconstructive, j'ai décidé que je n'allais pas avoir de reconstruction.»

«M es tatouages symbolisent une transformation, ma métamorphose. Comme un papillon j’ai changé à l’extérieur mais je suis restée la même à l’intérieur En lieu et place de sa poitrine, elle a décidé de porter un tatouage représentant une fée qui laisse s'envoler des papillons. "Ils étaient comme le cancer. Ils sont partis" confie-t-elle au journal City News. 

Kelly Davidson a donc posté des images d’elle sur la page « Why We Ink » qu'elle a commentées.

«Il est mon insigne d'honneur et de force, une œuvre d'art magnifique que je porte avec fierté, car elle représente la façon dont j’ai botté le cul du cancer et la façon dont les seins ne définissent pas qui je suis en tant que personne ou femme.»

«J’y ai beaucoup pensé avant de le faire. J’en ai parlé à mes parents et puis je me suis dit que j’étais plus qu’une paire de seins et c’est un peu comme ça que ce tatouage est né. J’ai cette belle oeuvre d’art que je contemple tous les jours et cela ne me dérange pas de penser que je n’ai pas de seins.»

Selon une étude de l'  Université du Texas  , se faire tatouer pourrait avoir un  effet thérapeutique.  Les femmes essayeraient même de faire face à un traumatisme émotionnel.

Jerome Koch, professeur de sociologie à l'Université du Texas a découvert que la gent féminine avec quatre tatouages ou plus avaient une estime d'elles-mêmes plus élevée que les autres. Mais elles ont également le nombre le plus élevé de tentatives de suicide. "On ne peut que spéculer, mais nous pensons que ces femmes utilisent le tatouage pour s'approprier à nouveau leur corps, émotionnellement et physiquement", a-t-il affirmé sur le site The Stir.  Pour le chercheur, cette attitude "est similaire aux femmes atteintes d'un cancer du sein qui se font tatouer après leur masectomie".

 

 


Atteinte d'un cancer à 90 ans, Norma dit non à... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page