By jeanmarcmorandini.com
Santé

La résistance aux antibiotiques pourrait provoquer la mort de 10 millions de personnes à l'horizon 2050


0

La résistance aux antibiotiques pourrait provoquer la mort de 10 millions de personnes à l'horizon 2050 indique le rapport d'une grande étude britannique.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti en novembre que le phénomène représentait «un immense danger» et que, si rien n'était fait, la planète se dirigeait vers une «ère post-antibiotique, dans laquelle les infections courantes pourront recommencer à tuer».

Chargé il y a deux ans par David Cameron à trouver des réponses à l'un des problèmes les plus pressants dans le monde, dans ce rapport sur la résistance des antimicrobiens, l'économiste Jim O'Neill a souligné que des actions urgentes étaient nécessaires pour éviter que la médecine préventive retourne «au Moyen Age». «Il faut que cela devienne une priorité pour tous les chefs d'État», a souligné Jim O'Neill.

L'utilisation à outrance des antibiotiques favorise la résistance des «super-bactéries».

Le scientifique préconise le lancement d'une large campagne de sensibilisation du public, largement «ignorant» des risques. Mais aussi de réduire fortement l'utilisation des antibiotiques dans l'élevage.  «Il faut arrêter de prendre des antibiotiques comme des bonbons», a insisté Jim O'Neill.

Depuis le début du lancement, mi-2014, de l'étude, plus d'un million de personnes sont mortes à cause d'une infection liée à la résistance aux antibiotiques, souligne le rapport. Il estime que ce bilan pourrait s'alourdir de quelque 10 millions de décès supplémentaires par an d'ici 2050, soit plus que le cancer aujourd'hui, et coûter jusqu'à 100'000 milliards de dollars à l'économie mondiale.

La résistance aux antibiotiques, également appelée l'antibiorésistance, survient lorsqu'une bactérie évolue et devient résistante aux antibiotiques utilisés pour traiter les infections.


Des pharmaciens refusent de donner la pilule du... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page