By jeanmarcmorandini.com
Santé

Élodie était anorexique: "Je suis arrivée au point de ne pas manger pendant trois mois, juste boire un peu..."


0

Selon l'étude que nous avons relayée, les personnes anorexiques seraient accros à la maigreur, et non phobiques de la prise de poids. Francetv info a rencontré des femmes anorexiques qui évoquent la maladie. 

Elodie a combattu l'anorexie pendant plus de douze ans, elle est aujourd'hui en rémission. Les débuts de sa maladie remontent à ses 17 ans, qaund sa mère meurt après avoir souffert pendant douze ans de plusieurs cancers du sein. "Je suis arrivée au point de ne pas manger pendant trois mois, raconte-t-elle, juste boire un peu. Je ne tenais plus du tout debout, et puis on n'est plus soi-même, le cerveau ne fonctionne plus." L'inquiétude de son entourage la fait réfléchir. Elle se fait hospitaliser une première fois – elle y retournera onze fois au total – et y trouve un suivi psychiatrique qu'elle accepte très rapidement, ayant compris qu'elle avait besoin d'aide. Et d'ajouter: "En tant que fillette, j'étais persuadée que ma naissance était la cause des cancers de ma mère, et je culpabilisais de ne pas avoir pu la sauver. La situation n'a fait que s'aggraver quand mon père s'est remis en couple avec quelqu'un qui est venu, à mes yeux d'ado, prendre la place de ma mère."

Elodie est tombée jusquà 29 kg, pour 1,60 m. Aujourd'hui, elle pèse 50 kg, mais lutte aussi contre une nouvelle maladie, un cancer dont la chimiothérapie.

Marine est toujours anorexique à l'âge de 66 ans Boulimique dès ses 16 ans, elle commence à se faire vomir avec ses copines. C'était à qui pouvait s'enfiler douze pains au chocolat le matin. Ma copine a commencé à prendre du poids et à se faire vomir pour pallier ça, et j'ai fait comme elle...

Elle pense avoir été dépressive sans le savoir."À l'époque, on ne connaissait pas les psys... En 1967, on ne pensait pas du tout à ça. Aujourd'hui, je pense que mon enfance y était pour quelque chose." Elle raconte la séparation difficile de ses parents à son adolescence, sa mère qui s'est remariée, un beau-père violent et alcoolique qui battait sa femme. "J'en ai été profondément traumatisée." A 30 ans, elle est victime d'un malaise cardiaque. Elle arrête aussitôt de se faire vomir. 

"Jusqu'à cette attaque, j'ai continué les vomissements quasi quotidiens. La bouffe, c'était une consolation. Mais mon problème au cœur m'a stoppée net, fini la boulimie. Pour éviter de grossir, la seule solution que j'ai trouvée, ç'a été l'anorexie."

A l'âge de 36 ans, elle accouche de son premier enfant, elle veut perdre rapidement les kilos superflus : "J'ai voulu fondre, mon régime s'est restreint drastiquement dans cet objectif." Elle pèse aujourd'hui 30 kg pour 1,57 m. A l'époque, elle consulte un médecin qui veut l'hospitaliser. "Vous allez mourir, sans accompagnement", lui dit-il. "Mais rien à faire : butée, je ne voulais pas arrêter de travailler, ni admettre à quel point mon problème était grave."

Tout son corps a pâti des cette maladie: elle souffre d'ostéoporose, de fractures multiples –chevilles, tibias, péroné… Mais, malgré cela, elle refuse de reprendre du poids. "Je me vois dans la glace très mince, mes pommettes sont saillantes, j'ai l'air maladif, j'en suis consciente, mais pour rien au monde je ne chercherais à reprendre quelques kilos." Si j'avais encore eu 30 ans, pourquoi pas ? Mais maintenant, à 66 ans, à quoi bon ? J'espère bien ne pas vivre encore quinze ans dans cet état.


ANGELINA JOLIE TROP MAIGRE ? L'AVIS DU... par morandini

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page