By jeanmarcmorandini.com
Santé

Coronavirus - Selon une nouvelle étude menée par trente médecins français, l'hydroxychloroquine ne serait d'aucune utilité pour traiter les patients gravement atteints du Covid-19


0

Selon une nouvelle étude menée par trente médecins français, l'hydroxychloroquine ne serait d'aucune utilité pour traiter les patients gravement atteints du Covid-19. Pour cette étude publiée récemment sur le site Medrxiv.org (dédié à la prépublication d'articles scientifiques) , les médecins impliqués - qui exercent dans quatre hôpitaux de la région parisienne - se sont penchés sur 181 patients souffrant d'une pneumonie et qui avaient besoin de l'assistance d'un respirateur.

Parmi ces patients, «84 ont reçu de l'hydroxychloroquine dans les quarante-huit heures suivant leur admission à l'hôpital (groupe HCQ) tandis que les 97 autres (groupe non-HCQ) n'en ont pas pris», peut-on lire dans l'étude. Selon les observations des médecins, 20,2% des patients qui avaient pris de l'hydroxychloroquine ont été transférés en soins intensifs ou sont morts dans les sept jours suivants, contre 22,1% des patients du groupe qui n'avait pas pris le médicament.

Si ces premiers chiffres semblent faire pencher la balance du côté de l'hydroxychloroquine, les autres suggèrent que le médicament pourrait provoquer d'importants problèmes respiratoires et cardiaques : 27,4% des patients sous hydroxychloroquine ont en effet développé des syndromes de détresse respiratoire aiguë dans les sept jours suivant l'administration du médicament (contre 24,1% dans le groupe non-HCQ). Enfin, huit individus ont été contraints d'interrompre le traitement à cause de fortes variations sur leurs électrocardiogrammes.

Même s'ils estiment que «les résultats doivent être interprétés avec précaution», les trente médecins estiment en conclusion que l'hydroxychloroquine n'a entraîné aucune «baisse significative» des taux de décès et d'admissions en soins intensifs, et qu'il n'a eu aucun effet notable chez les patients souffrant de détresse respiratoire. «Ces résultats sont d'une importance majeure et n'encouragent pas l'utilisation de l'hydroxychloroquine chez les patients atteints d'une pneumonie due au Sars-Cov-2», concluent-ils.

Rafraichir !

Les réactions

La réaction aux articles est réservée aux membres.


Haut de la page